Mardi, 02 Septembre

Dernière mise à jour01/09/2014 05:00:00 PM GMT

Vous êtes ici Articles Logiciels et jeux vidéo

Logiciels et jeux vidéo

59Chrono : Google Chrome, la guerre des navigateurs par Google

Introduction Les vacances sont terminées, Google l’a bien compris et attaque cette rentrée sur les chapeaux de roue ! En effet, des rumeurs faisaient état d’un navigateur Web made in Google, c’est maintenant officiel et fait ! Google donne naissance à Chrome, un fureteur qui vient directement concurrencer les ténors que sont Firefox, Internet Explorer, Opera et autres. Comme à son habitude Google place la barre très haut ! Alors effet d’annonce ou bien s’agit-il encore d’un coup de maître du géant Google ? Le navigateur Web Aspect général et prise en main Au premier lancement de Chrome ce qui est le plus frappant  n'est  autre que l’interface : simple, très simple même quasiment sans menu.

Dossier : La cryptographie

EE Articles Dossier : La cryptographie Page 1 - Introduction Page 2 - Présentation et glossaire Page 3 - Les algorithmes symétriques simples Page 4 - Les autres algorithmes symétriques Page 5 - Les algorithmes asymétriques à clé privé et publique Page 6 - Conclusion function change_site() .value; ] ] Pages : 1 2 3 4 5 6 Suivante Introduction Pourvoir protéger et sécuriser des informations est, et sera, toujours un problème.

Dossier : La virtualisation et Virtual PC 2004

Test réalisé par : Sébastien GAVOIS le 19 novembre 2006 Dossier : La virtualisation et Virtual PC 2004   Page 1 - Introduction Page 2 - Installation Page 3 - Configuration Page 4 - Utilisation et benchs Page 5 - Conclusion   Introduction : Le mot à la mode en ce moment, c'est : "Virtualisation". En effet, il ne se passe presque pas une semaine sans que le mot ne revienne dans une annonce. D'accord, mais c'est quoi exactement ? La virtualisation est une technique matérielle et/ou logicielle permettant de faire tourner un ou plusieurs O.S (Operating System) indépendamment les uns des autres, comme s’ils fonctionnaient sur des machines physiques différentes. Voilà pour la définition brute de la chose. Soit, mais encore me direz-vous ? Eh bien justement, faisons un tour d'horizon des possibilités et des performances de cette technologie, qui n'a rien de nouveau puisqu'elle existe depuis au moins 20 ans. La virtualisation permet donc de faire tourner d'autre systèmes d’exploitations sur une machine donnée ; les utilisateurs de Windows par exemple peuvent donc installer, tester, paramétrer et utiliser différentes distributions de Linux sans avoir forcément recours à un live CD ou au multiboot. Un des exemples les plus connus est très certainement la machine virtuelle Java de Sun. Un autre point à prendre en considération est l'explosion du nombre d'ordinateur, la virtualisation permet (principalement dans le cas de serveur) de réduire la polution engendré (gestion des déchets, consomation éléctrique, espace occupé, clim, ...) en réduisant le nombre de machine physique utile. Mais ce n’est pas tout, un programmeur peut tester son code directement sur sa machine sous Win98, XP, 2000, Linux, … Les techniciens de maintenance peuvent dépanner à distance des personnes qui ne sont pas sous le même O.S qu'eux, ils n’ont qu’à lancer une machine virtuelle avec cet O.S. Les administrateurs peuvent tester en local des mises à jour du système, d’un site Web, ou de toutes applications. La lourdeur des programmes de virtualisation longtemps décriée est palliée par l’augmentation de la puissance des processeurs actuels et on a maintenant des logiciels de virtualisation s’intégrant parfaitement dans un environnement de travail, sans causer de trop gros ralentissements du système. Les constructeurs de processeur ont vite compris l’intérêt et ont doté leurs processeurs de jeux d'instructions spécialement développés pour. Intel avec sa technologie VT (Virtualisation Technology anciennement Vanderpool) et le Pacifica chez AMD. Ils devraient permettre d’accélérer les machines virtuelles et également la gestion des ressources des machines entre elles. Liste des processeurs Intel supportant la technologie VT : Desktop et serveur : Core 2 duo extrême Core 2 Duo E6300, E6400, E6600, E6700 Pentium extrême 955, 965 Pentium D 920, 930, 940, 950 Xeon Itanium 9015, 9020, 9030, 9040, 9050 Portable : Core 2 duo T7200, T7400, T7600, T5600 Core Duo T2700, T2600, T2500, T2400, T2300, L2500, L2400, L2300, U2400, U2500, Core Solo U1400, U1300 On regrettera l’absence du Pentium extrême 840 ainsi que des Pentium D 915, 925, 945 Liste des processeurs Amd supportant la technologie Pacifica : Athlon FX socket AM2 Athlon X2 socket AM2 Athlon 64 socket AM2 Chez Amd les choses sont beaucoup plus simples, tous les processeurs socket AM2 à part les Sempron intégreront la technologie Pacifica ; du côté de chez Intel, mises à part les Core 2 Duo desktop, les choses sont beaucoup moins claires… Si vous êtes l'heureux possesseur d'une puce compatible avec l'une ou l'autre de ces technologies alors Virtual PC 2007 qui sortira si tout va bien en 2007 est fait pour vous. En effet, il sera capable d'en tirer parti et permettra donc d’avoir des performance accrues. Au niveau des autres nouveautés de Virtual PC 2007 il y aura le support de Vista et des systèmes 64Bits. Fort heureusement les machines virtuelles créées avec Virtual PC 2004 seront compatibles avec la prochaine mouture donc aucune inquiétude à avoir de ce côté-là. Une autre version existe, il s'agit de Virtual Serveur 2005. Beaucoup plus orientée serveur comme son nom l'indique, elle permet de faire du clustering, un support PXE (boot sur le réseau) amélioré et elle sépare les processus des différentes machines virtuelles. Regardons de plus près Microsoft Virtual PC 2004. Il a été créé en 1998 par la société Connectix qui l’a ensuite revendu à Microsoft en 2000. Microsoft a décidé de le mettre à disposition gratuitement depuis juillet 2006. Glossaire : Machine Physique : Ordinateur sur lequel est installé le logiciel de virtualisation. Hôte système : O.S ( operating système) de la machine physique. Dans notre cas un Windows XP SP2. Il peut aussi être appelé superviseur ou hyperviseur Machine Virtuelle (ou VM) : Un programme qui émule un ordinateur dont le jeu d’instruction de son processeur ainsi que son architecture alors qu’il n’existe pas forcément sur la machine physique. Jeu d'instruction : Ce sont les opérations qu'un processeur d'ordinateur peut exécuter directement. M.O.S.P. (Microsoft Open Spécification Promise) : format de licence autorisant l'utilisation d'une technologie gratuitement et sans licence commerciale aux éditeurs de logiciels qui voudront s'en servir.   Débattre cet article : Forum 59H Signaler une erreur : 59Hardware Test réalisé par : Sébastien GAVOIS le 19 novembre 2006 Dossier : La virtualisation et Virtual PC 2004   Page 1 - Introduction Page 2 - Installation Page 3 - Configuration Page 4 - Utilisation et benchs Page 5 - Conclusion   Installation : Je me dis donc : "Super ! Virtual PC 2004 est gratuit, allons vite le télécharger sur le site de Microsoft". Je me rends sur la page de téléchargement et là… surprise ! On me propose seulement une version d'essai de 45 jours ! Pas de trace de version gratuite et illimitée à télécharger. Après plusieurs recherches, je finis par la trouver sur le site américain de Microsoft.  Apparemment en France aucune mise à jour n'a été faite, le fichier datant d’octobre 2004, petit désagrément rapidement dissipé mais bien dommage quand même... Vous trouverez à la fin de ce dossier le lien sur le site US pour télécharger directement la bonne version. L’installation en elle-même ne pose vraiment aucun problème et pour cause : aucune option n’est à renseigner à part le répertoire d’installation. Pour une fois, pas de profusion de raccourcis : un seul dans le menu démarrer. Tout se passera ensuite depuis la console Virtual PC, du réglage des options à la gestion des machines et des disques virtuels. La première des options intéressantes est la gestion du temps processeur. Pour les machines virtuelles entre elles d'abord : définir si la machine active est plus importante que les autres ou non. Ensuite on peut définir la priorité de Virtual PC s’il est exécuté en tâche de fond. Pour le reste, les options par défaut sont bien suffisantes, sauf peut-être la touche permettant de repasser au système hôte : la touche MAJ DROITE dont personnellement je me sers très régulièrement pour taper un « . » par exemple et du coup je me retrouve à taper sur mon système hôte. Un petit désagrément facilement éliminé en paramétrant cette touche. Une machine virtuelle du point de vue de la licence d’utilisation est considérée comme une machine physique, donc si vous souhaitez virtualiser votre Windows XP il faudra acquérir une 2ème licence pour rester dans un cadre légal. Pour Vista les choses se gâtent un peu plus encore : Microsoft refusant que son système dans les versions Home Basic, Home Prenium et business puisse être virtualisé, il faudra une bourse solide pour pouvoir prétendre à un système virtuel de Vista… L’intérêt ne se trouve pas là non plus ; chose plus intéressante pour les entreprises, Windows 2003 datacenter ( le très haut de gamme de la série des 2003 serveur) pourra être virtualisé à l’infini : on pourra non seulement virtualiser 2003 datacenter, mais également toute autre version de 2003 ( SBS, entreprise, professionnel, …). Pour les solutions Linux, pas de soucis, on pourra virtualiser autant que besoin les systèmes d’exploitation gratuits, et un gros intérêt de la virtualisation se trouve ici : installer des systèmes d’exploitation aussi différents que variés. Espérons que par la suite Microsoft change et adoucisse quelque peu sa gestion des licences pour les machines virtuelles.  Débattre cet article : Forum 59H Signaler une erreur : 59Hardware Test réalisé par : Sébastien GAVOIS le 19 novembre 2006 Dossier : La virtualisation et Virtual PC 2004   Page 1 - Introduction Page 2 - Installation Page 3 - Configuration Page 4 - Utilisation et benchs Page 5 - Conclusion     Configuration. Avant de continuer, précisons que quelle que soit la configuration de votre PC, vous vous retrouverez avec les périphériques cités ci-dessous. Dans notre cas on se retrouvera avec un Athlon 64 X2 4600+ sur une carte mère à base de chipset BX (pour pentium II) et une S3 Trio 32/64 malgré notre 6800Gs de chez Palit. Pas la peine donc d'acheter un SLI de geforce 8800... Une carte mère à base de Chipset i440BX ( les cartes pour Pentium II/III) Le processeur de la machine physique Mémoire : à définir par l’utilisateur Carte graphique : S3 Trio 32/64 Une carte son Sound Blaster 16 Lecteur de disquette  Disque dur : Jusque 3 disques possibles. Lecteur optique : CD ou DVD. 1 seul possible. Carte réseau Intel 21140 10/100 : jusque 4 possibles. Ports COM : jusque 2. Port LPT : Associé au port physique de la machine. Voilà à quoi ressembleront vos machines virtuelles. Mis à part la carte graphique, la carte mère et la carte son tout le reste sera modifiable aussi souvent que nécessaire ; certains paramètres comme le lecteur CD ou les ports séries peuvent être modifiés même si la machine virtuelle est démarrée, mais la plupart du temps ( pour la mémoire, le disque dur, la carte réseau, …) il faudra d’abord l’éteindre complètement, une pause n’étant pas suffisante. Créer une machine virtuelle est extrêmement rapide, on peut se laisser guider par l’assistant pour avoir une machine de base : un disque dur, un lecteur optique ( Cd ou DVD), une carte son, 128Mo de mémoire vive et une carte réseau. Après, des options avancées permettent de régler plus finement sa machine. Regardons plus en détails ces fonctionnalités : Mémoire : permet de régler la quantité de mémoire vive allouée au maximum à cette session virtuelle. Attention toutefois car même si toute la mémoire physique allouée n’est pas utilisée, le total de la mémoire allouée à toutes les machines démarrées ne peut excéder la quantité de mémoire physique présente sur la machine. Si vous installez plusieurs systèmes virtuels, il faudra faire attention à la gestion de la mémoire. Disque dur 1/2/3 : Jusque 3 disques durs sont donc possibles, pour chacun d’entre eux le réglage est le même : on peut soit utiliser un disque déjà créé précédemment soit en créer un nouveau, dans ce cas 4 options sont disponibles :   Taille dynamique : Seule la taille réellement utilisée par le système virtuel est allouée sur le disque physique. Cette option permet un gain de place mais en contrepartie le disque sera moins rapide. Taille fixe : occupe plus de place que le disque dynamique mais est plus performant qu’un disque de taille dynamique. Différenciation : Permet d’utiliser un même disque virtuel (vhd) pour plusieurs machines virtuelles ; une fois lancés, les programmes et le système écriront sur le disque de différenciation. De cette manière le disque système restera intact et utilisable par n’importe qui. Il est en général recommandé de le protéger en écriture. Lié à un disque dur : on dédie un disque physique à la machine virtuelle : ce sont les disques les plus rapides, mais attention car le système virtuel pourra écrire sans limite sur ce disque et en cas de problème pourrait endommager les données. Mieux vaut utiliser un disque autre que notre disque système physique. Cette option est la plus rapide si on dédie un disque dur uniquement à une machine virtuelle. Les disques d’annulation : les disques d’annulation permettent de revenir en arrière sur des modifications apportées au système : si on active les disques d’annulation, à la fin de la session virtuelle on décide de conserver ou non les modifications faites, et en cas de sauvegarde, on peut les sauver sur un fichier séparé ou les fusionner avec le disque du système. Ca ressemble un peu à un système de Ghost où la restauration système est immédiate. Partage de fichiers : Les dossiers partagés ne sont disponible qu'après l'installation des compléments pour ordinateurs virtuels.Si c'est le cas, on peut définir des répertoires de partages sur nos systèmes virtuels, un lecteur réseau sera alors monté dans l'explorateur et correspondra au répertoire physique qu'on lui aura associé. C'est exactement la même chose que de partager un répertoire sur le réseau dans l'explorateur d'XP et de s'y connecter depuis la machine physique. Il subsiste quand même une différence de taille : pas besoin de partager le répertoire sur le réseau, seule la machine virtuelle y accède. La sécurité s'en retrouve donc renforcée. Lecteur CD : On l’active ou non. La gestion des images ISO à charger sur le lecteur CD (ou DVD suivant les images ISO) se fait directement depuis la fenêtre virtuelle. On peut également définir un lecteur optique physique de la machine. Un disque monté à l’aide de Daemon Tools est reconnu sans souci. Lecteur de Disquette : La détection automatique est la solution la plus simple, le principe est le même que pour le lecteur CD. On peut juste le désactiver si besoin. Réseau : Ici un menu qui paraît simple en apparence mais qui cache bien son jeu, car si vous virtualisez un serveur, un firewall ( Ipcop par exemple) ou tout système utilisant intensivement le réseau, il faudra régler cette partie avec beaucoup d’attention. La première chose à faire est de régler le nombre de cartes réseaux que vous désirerez sur votre machine virtuelle : on peut aller jusque 4 même si votre machine physique n’en comporte qu’une seule. Voyons maintenant les options pour les cartes réseaux : Non connecté : comme son nom l’indique vous aurez une carte réseau d’installée mais ce sera comme si le cable Ethernet était débranché. Local seul : cette option permet de créer un réseau local avec toutes les machines virtuelles et uniquement les machines virtuelles : pas d’accès à Internet par exemple. Réseau partagé NAT : se connecte au réseau local de l’ordinateur hôte comme un client DHCP. Une adresse IP lui sera donc fournie automatiquement si un serveur DHCP est présent sur le réseau (un routeur par exemple). Le réseau partage NAT est uniquement disponible sur la 1ère carte réseau. Carte réseau de l’ordinateur physique : la machine virtuelle utilisera la/les carte(s) réseau(x) de la machine physique et elle sera donc entièrement paramétrable. Débattre cet article : Forum 59H Signaler une erreur : 59Hardware   Test réalisé par : Sébastien GAVOIS le 19 novembre 2006 Dossier : La virtualisation et Virtual PC 2004   Page 1 - Introduction Page 2 - Installation Page 3 - Configuration Page 4 - Utilisation et benchs Page 5 - Conclusion   Utilisation Pour pouvoir utiliser de manière convenable et rapide virtual PC, une machine puissante double cœurs (Core2Duo ou encore Athlon64 X2) est vraiment recommandé, pareil pensez à avoir une quantité de Ram suffisante, 2 gigas etant presque le minimum si vous lancez plus d'une machine virtuelle avec des systèmes récents tel que 2003, Vista, XP, ...  Une fois configurée, le lancement de la machine virtuelle se passe comme pour un PC " classique " : on appuie sur démarrer et c'est parti. La magie opère : dans une fenêtre Ms dos on voit s'exécuter le bios, la détection des disques, de la mémoire. On peut également rentrer dans le bios (appuyez sur la touche suppr pendant la phase de boot), modifier l'ordre de boot des lecteurs, régler le mode de transfert des disques durs : Ultra dma ou non, l'heure ainsi qu'un mot de passe si on veut. Il ne reste plus qu'à charger une image ISO ou bien d'utiliser un lecteur optique physique comme lecteur de CD virtuel. Tout au long de l'utilisation d'une machine virtuelle, on peut d'un simple clic avoir accès aux ressources consommées et à des statistiques.   Maintenant les tests : Pour cela nous avons utilisé la configuration suivante : Carte mère Sapphire Xpress 3200 Athlon 64 X2 4600+ Palit 6800Gs 2*1Giga de DDR2 Crucial Hitachi 80 giga Sata II Pour commencer, regardons comment se comporte une machine virtuelle par rapport à une machine physique ; pour cela les tests vont être lancés alternativement sur la machine physique (la machine virtuelle s'exécute en idle en tache de fond) et sur la machine virtuelle (la physique étant en idle). Pour la machine physique deux tests ont été effectués : double cœur et ensuite on limite l'utilisation à un seul cœur, Virtual PC n'utilisant pas deux cœurs et émulant un processeur simple cœur.   Zeb-bench tire pleinement partie du double cœur. La différence de puissance est donc forcément énorme, Virtual PC ne gérant pas ce genre de processeur. Par contre, si on limite à un seul cœur sur la machine physique, les performances sont très proches ; en effet la machine virtuelle talonne de très près son hôte. Regardons maintenant ce qui se passe si on monte la charge de travail des unités virtuelles. Pour cela je vais lancer deux machines virtuelles sous Windows XP SP2 ; à partir de ces deux machines nous allons refaire les tests précédents sur la machine physique en lançant Cpu Burner (Priority level : Maximum) sur chaque machine virtuelle ; pour ce faire, Virtual PC sera réglé pour donner le même temps de processeur à toutes les machines virtuelles démarrées. Il apparaît clairement que les machines virtuelles n'impactent que très peu le système, même en cas d'utilisation intensive de celles-ci ; en effet, malgré deux Cpu burner tournant en mode temps réel, les benchs sont quasiment les mêmes, la perte maximum est de 11% et la perte moyenne est d'environ 4%. Un bon point, on ne risque pas de se retrouver avec un Windows hôte bloqué à cause d'un autre O.S ; de même, une machine virtuelle bloquée ne gênera pas le système. A présent effectuons des benchs en simultané sur les deux systèmes. Nous relèverons les résultats dans deux cas. Dans un premier temps la machine virtuelle est au premier plan (et donc le test du système hôte sera en arrière plan), elle devrait donc avoir plus de temps processeur à sa disposition. Ensuite nous ferons le contraire. Notons qu'il n'y a pas de résultat pour Pcmark 05, il refuse en effet de se lancer s’il n'est pas au premier plan. Le troisième résultat est la valeur obtenue précédemment avec une machine physique ou virtuelle en IDLE, les résultats serviront de points de comparaison.     Comme précédemment le système hôte ne souffre que très peu de la charge de travail des machines virtuelles, et ce qu'elles soient au premier plan ou non. Le CPU de notre machine virtuelle s'effondre par contre, la puissance de calcul est en très grande partie amenée au système physique. L'option permettant de donner autant de puissance à tous était pourtant activée. Pour finir regardons comment se comportent les machines virtuelles les unes par rapport aux autres ; je définis donc que le temps processeur sera le même pour toutes. Je lance ensuite les benchs en simultané sur quatre Windows XP identiques ; en effet chaque système est créé à partir d'un fichier VHD identique auquel vient s'ajouter un disque de différenciation. Les quatre tests ont été lancés dans un laps de temps très court (2 secondes maximum). On remarque des répartitions homogènes des performances, chaque machine obtenant " à peu près " autant que les autres. Sur les machines virtuelles la gestion des priorités est optimale, avec une répartition des ressources bien gérée. Comment sont gérées les erreurs systèmes et en particulier les BSOD ( Blue Screen of Death ). Pour tester j'ai provoqué un écran bleu sur une machine virtuelle alors que deux autres étaient également en fonctionnement (Windows Vista et XP SP2). La technique employée est celle de Tweak-XP expliquée ici. Le résultat est très bon puisque seule la machine virtuelle où s’est produite l’erreur s’est arrêtée, les autres continuant de fonctionner à l’identique. Des problèmes sont malgré tout apparus. Le plus gênant est sans nul doute le lecteur de Cd virtuel ! En effet lorsque sur une machine on veut changer le Cd, elle se met en pause, jusque là pas de problème, le souci étant que toutes les autres en cours de fonctionnement se mettent elles aussi en pause. La compatibilité matérielle ne sera pas non plus parfaite, certaines distributions Linux n'accepteront pas la carte graphique et l'affichage sera complètement brouillé. Des programmes complémentaires sont disponibles, mais ils ne fonctionnent que sous Windows (Vista compris). Ces compléments fort utiles permettent de ne plus avoir une souris "prisonnière" de la fenêtre en cours. On peut naviguer beaucoup plus facilement entre le système et les fenêtres des machines virtuelles. Une deuxième fonction permet d'utiliser la fonction glisser/déposer et donc de déplacer des fichiers, des répertoires vers ou en dehors d'une machine virtuelle en toute simplicité.   Débattre cet article : Forum 59H Signaler une erreur : 59Hardware   Test réalisé par : Sébastien GAVOIS le 19 novembre 2006 Dossier : La virtualisation et Virtual PC 2004   Page 1 - Introduction Page 2 - Installation Page 3 - Configuration Page 4 - Utilisation et benchs Page 5 - Conclusion   Conclusion : Que donne donc notre tour d'horizon ? L'ensemble est encouragent, on a en effet pu voir que nos machines virtuelles étaient stables, rapides, indépendantes les unes des autres, et reconnues comme un système à part entière sans aucune trace pour le système virtuel qui croit être un système physique unique. Il reste cependant quelques incompatibilités à régler : certaines distributions de Linux ne passeront pas, de même freeBSD a refusé de s'installer. Quels peuvent être les intérêts d’utiliser des systèmes virtuels en lieu et place de systèmes physiques ? Les réponses diffèrent suivant les cas : Le particulier : La joie de goûter à d’autres systèmes d’exploitation sans avoir à mettre en œuvre un multiboot (opération parfois risquée et pas forcément évidente). Tout le monde peut s’essayer à Linux sans courir le moindre risque pour son système et ses données. Pour les frileux, l’utilisation de Live CD peut se faire directement sur la machine virtuelle, il suffit de charger l’image ISO ; les plus téméraires pourront tenter directement l’installation (on peut laisser ouverte une petite fenêtre sur le Web pour avoir de l’aide en direct si besoin). Les techniciens et hotliners : ils peuvent charger en quelques secondes exactement le même O.S. que la personne à dépanner, c’est un gain de temps et d’efficacité des plus redoutables. Les développeurs : le test d’un programme ou d’une application sous différents O.S. est immédiat, les ajustements peuvent se faire en direct en fonction des résultats. Les entreprises : un gain de place évident en regroupant plusieurs petits serveurs en un seul plus puissant mais gérant tous les systèmes simultanément ; s’ensuit évidement un gain en énergie (un seul ordinateur de branché 24/24). Il n’est plus nécessaire d’avoir un stock de pièces de rechange pour chaque serveur : les machines virtuelles ne dépendent pas du matériel installé. Elles peuvent également se protéger grâce à l’utilisation d'une machine virtuelle appelée "honeypot" (Pot de Miel). Elle déroutera les attaques orientées vers les différents services en les attirant vers elle. Cette machine sera en fait livrée en pâture aux pirates et du coup, renforcera la sécurité du réseau en bloquant les attaques sur une machine virtuelle sans importance et sans possibilité d'atteindre d'autre système. Enfin aux acharnés : ceux qui, comme votre serviteur, réinstallent leur Windows XP tous les mois à force de le bidouiller, et de le modifier... La virtualisation est arrivée, chacun veut essayer d’imposer sa norme. Microsoft a rendu gratuit Virtual PC et a passé la licence de ses fichiers virtuels "vhd" gratuite. De son côté, Vmware ( le principal concurrent de Microsoft ) annonce la gratuité de son programme et propose en plus un convertisseur de fichiers virtuels ( convertir des ghosts, des machines faites à partir de Virtual PC, … pour les lancer directement sur Vmware ). Intel et AMD se battent également avec leurs jeux d’instructions spécifiques. Microsoft va implanter une version de Virtual PC dans Vista Entreprise et Ultimate pour assurer une réelle rétro-compatibilité. La bataille virtuelle ne fait que commencer, gageons que plus d’O.S seront supportés et que les fonctions telles que la 3D, les ports USB, … seront enfin intégrées.   Télécharger : Virtual PC 2004. Télécharger des machines virtuelles de tests : Microsoft.com Site officiel : Microsoft Débattre cet article : Forum 59H Signaler une erreur : 59Hardware

Dossier : Console Microsoft Xbox 360

Dossier réalisé par : DjMonster le 6 Février 2006 Matériel testé : Console Microsoft Xbox 360 Page 1 - Introduction Page 2 - Présentation Page 3 - Aspects Page 4 - Jeux & Accessoires Page 5 - Conclusion IntroductionEn 2001, Microsoft lançait sa première console de jeux vidéo sur le marché mondial, depuis, le géant américain a décidé de récidiver dans la matière.

[Test] Call Of Duty II

Test réalisé par : DjMonster le 07 novembre 2005 Jeu testé : Call of Duty II Page 1 - Introduction Page 2 - Impressions & Test Page 3 - Galerie Page 4 - Conclusion Introduction Dernier opus d’une série de valeureuse réputation, Call of Duty II est annoncé comme étant l’un des hits de cette fin d’année.

[Test] Xpand Rally

Test réalisé par : Seb Le 13 juillet 2004 Remerciements : Seb Jeu testé : Xpand Rally Comment, un test de jeux vidéos sur un site de hardware, me direz-vous? Parfaitement. Nous avons eu la chance d'être sélectionné par l'éditeur Techland pour le bêta test de leur prochain bébé dénommé Xpand Rally, et nous n'avons pas pu résister de vous présenter, fidèles lecteurs, nos premières impressions sur ce jeu qui pourrait très bien devenir l'un des titres phares de cet automne.Et puis, Xpand Rally n'est pas tout à fait comme n'importe quel jeu non plus.