Lundi, 24 Avril

Dernière mise à jour21/04/2017 02:31:30 PM GMT

Vous êtes ici Articles Mobilité, PC Portable et tablettes Microsoft Surface Pro 4

Microsoft Surface Pro 4

Envoyer Imprimer

La tablette qui va remplacer votre PC portable, voilà bien un pari qui suscite de l'intérêt. Après quatre versions successives de la Surface Pro, Microsoft tient-il enfin le bon résultat ? Nous le pensons, mais...

IMG 20151221 093742

Il n’y a pas à dire, la publicité fait franchement envie. La nouvelle Surface Pro 4 vendue comme étant plus fine, et donc plus légère, un écran plus grand, avec 30% de performance en plus par rapport à 3, sans oublier le son, bien plus puissant que jamais, Microsoft nous vend du rêve. Et bien, nous avons eu la possibilité de mettre nos petites mains taquines dessus pendant deux semaines. La configuration non choisie est dotée d’un Intel Core i5-6300U, de 8 Go de RAM et 256 Go de stockage, dont 200 de libre pour l’utilisateur.

Pour commencer le tour de cette tablette qui se veut être un PC, on note de suite que le logo Windows a disparu sur la partie avant pour se retrouver sur la partie arrière. Exit l’inclinaison de la fenêtre Windows, on passe aux jolis carrés bien droits et polis qui reflètent la lumière, à défaut de s’allumer comme une célèbre pomme. La disparition du logo n’est pas le fruit du hasard : Microsoft, pour glisser 1,2” supplémentaire, a dû le retirer afin de gagner de la place autour de l’écran. Ainsi, le châssis ne change pas d’un yota. Ce qui a pour effet immédiat de garder exactement les mêmes dimensions pour son clavier.

IMG 20151221 094444 IMG 20151221 094547

Toujours sur notre jeu des sept différences, entre la Surface Pro 3 et la 4, on a le stylet qui se colle à l’aide d’un aimant sur le côté gauche. Ce que n’a pas la Pro 3. Mais voilà, l’aimant a aussi un coût : les boutons volumes se retrouvent sur le dessus de la tablette à côté du bouton d’allumage au lieu d’être sur la tranche de gauche. Gênant ? Le moins du monde. Sur la tranche basse, le connecteur nécessaire au dock et au clavier, toujours non fourni avec, est identique à la Pro 3. Enfin, presque, les connecteurs semblent légèrement différents. Mais cela ne dérange en rien de s’acheter un clavier de Pro 4 pour le mettre sur votre Pro 3. Comme nous le disions un peu plus haut, les dimensions étant les mêmes, les deux claviers sont parfaitement compatibles et recouvrent tout deux l’écran dans sa globalité.

IMG 20151221 094744Surface Pro 4 au-dessus et Surface Pro 3 en-dessous

Puisque l’on parle du clavier, la course des touches a légèrement été revue. La frappe est toujours aussi bruyante et pas franchement chatoyante. Mais la taille des touches est standard pour taper du long texte comme ce test rédigé sur ce clavier de Pro 4. Le pavé tactile est en effet plus grand comme l’indique Microsoft dans sa publicité. Plus grand, c’est un bon pas en avant, par rapport aux trois précédentes moutures. Mais nous regrettons un peu les défauts de captations des gestes exécutés sur ce pavé tactile. Le défilement des pages n’est pas toujours capturé par le glissement des deux doigts verticalement. Le clic n’est pas toujours pris en compte lors du tapotement et nécessite un clic plus “brutal” sur le pavé pour qu’il soit finalement pris en compte. Ainsi, on jongle rapidement entre le pavé tactile, les clics et le tapotement sur la dalle tactile ; une gymnastique par fort aisé si l’on vient d’un PC portable plus traditionnel.

Quelques changements entre la Surface Pro 3 et 4...

Côté accessoire toujours, le stylet de la Pro 4 est un peu plus long par rapport à la version 3. En revanche, on perd les deux boutons de contrôle sur la tranche au profit du fameux aimant qui prend toute la hauteur de l’accessoire pratiquement. La précision est toujours la même, avec un temps d’adaptation, pour réaliser quelques dessins à main levée. Mais il n’y a pas à dire, les enfants adorent ce gadget et la planche à dessins est ravie de servir lors des repas dominicaux un peu longs chez grand père. Les 1024 niveaux de pression y sont d’ailleurs remis dans cette version 4, absente de la version 3, et permet de faire des traits plus ou moins épais rien qu’en appuyant sur le stylet. Autre joyeuseté du stylet : les pointes. Il est possible d’acheter des pointes différentes pour pré-sélectionner le type de stylo utilisé. Par exemple, on peut écrire avec une pointe de carbone en H0, ou encore avec un bille un peu plus épais. Tout dépend de ce que vous voulez en faire finalement. Combinez cela avec OneNote et vous pourrez pendre des notes à votre convenance, comme si vous écrieriez sur un bloc note standard.

IMG 20151221 094843IMG 20151221 094905L'aimant prend toute la longueur et fait perdre les deux boutons.

Pour le reste des accessoires, nous n’avons pas pu tester le petit dock qui remplace la version précédente pour Pro 3. Mais en quelques mots, ce dock promet de palier au gros manque de ports présents sur la tablette de Microsoft. En effet, de ce côté, la Surface Pro 4 ne brille pas par la connectique disponible : un USB 3.0 et un Mini DisplayPort. Nous sommes d’ailleurs franchement heureux de voir un slot microSD caché par le pied à l’arrière de la tablette. Avec le dock en plus, facturé 229€ mesdames et messieurs, il propose, avec un seul câble branché sur la tablette, de fournir un RJ45 Gigabit, deux sorties vidéos mini DP et deux ports USB 3.0. Le top non ? Nous ne pouvons pas juger, malheureusement. Toujours est-il que notre modèle ne souffre pas de défauts concernant la connexion de clés USB ou encore de câble mini DisplayPort.

IMG 20151221 094714Le décalage est induit par la position des deux tablettes l'une sur l'autre.

L’autre modification majeure entre la version 2 et la version 3 fut le pied. Pour mémoire, la version 1 n’avait qu’une position, pas tout le temps confortable. La version 2 offrait quant à elle deux positions, une, comme sur la version 1, l’autre un peu plus ouvert pour taper sur le clavier avec la tablette sur les genoux par exemple. Et oui, le laptop porte bien son nom parfois. Microsoft l’a sûrement oublié à ce moment là de la conception. Mais la firme de Redmond se rattrape bel et bien dans la version 3, avec une charnière crantée qui délivre une multitude d’ouvertures possibles. Fini les railleries à l’encontre de la Surface Pro puisqu’elle peut se caler sur n’importe quel environnement de travail. Chouette. Et la Surface Pro 4 alors ? Rien. Pas de nouveauté de ce côté. Etant donné que la recette fonctionne bien désormais, les ingénieurs n’ont pas pris la peine d’améliorer le concept. Mais, et nous n’allons pas nous gêner, ce pied reste tout de même assez problématique pour une utilisation en mobilité. Posé sur les genoux (comme l’illustre la photo), le rebord du pied peut rapidement glisser lorsque l’on souhaite utiliser le pavé tactile, pour plus de précision sur les clics effectués à l’écran. En cliquant au doigt, nous avons encore quelques ratés et perdons du temps pour des actions assez simple de sélection de fichiers par exemple. L’idée est donc bonne, mais elle reste perfectible pour son usage destiné par Microsoft lui-même, la tablette qui va remplacer votre laptop. Dommage.

IMG 20151221 095502 IMG 20151221 095335
Le clavier positionné de cette manière n'est pas pratique...

Si l’on pousse un peu plus loin la comparaison entre la Pro 3 et la Pro 4, on s’aperçoit rapidement que l’argument de finesse n’est pas franchement le meilleur pour parler des nouveautés. Avec les deux tablettes en main, lors de notre test, on peut constater rapidement que le millimètre d’écart ne casse pas des briques. En outre, niveau masse, dans la main, portée à la hanche, ou encore dans le sac à dos, on ne sent aucune différence. Si l’on comprend qu’il faut bien parler des nouveautés de la Surface Pro 4, nous n’aurions clairement pas mis celui-ci en avant. En revanche, nous pourrions parler un peu plus de l’intérieur.

Sous la dalle, d’une définition de  2 736 x 1 824 pixels, se cache, comme nous le disions plus haut, un Core i5-6300U dans notre version d’essai. Basse consommation, le processeur Intel nécessite tout de même d’un ventilateur pour dégager les calories. A savoir que le CPU dégage les mêmes 15W que son prédécesseur. Microsoft qualifie son ventilateur de moins bruyant par rapport à la Pro 3. Nous notons tout de même un léger bruit de soufflerie assez sourd pour être entendu lors des grosses mises à jour système ou encore lors de nos parties de jeux. Mais globalement, le ventilateur est silencieux, un bon point. En comparaison avec la Pro 3, sachez que le volume sonore de la ventilation est sensiblement le même. N’en déplaise aux défenseurs de la Pro 4. Nous avons, à 1 dbA près (41 dbA en positionnant le sonomètre à proximité de la tablette), les mêmes résultats entre les deux tablettes, avec OCCT qui tourne en mode PSU.

IMG 20151221 093833Le clavier est un peu surélevé et souple, cela produit du bruit lors de la frappe.

Si vous vous attendez à un démontage en règle de la Surface Pro 4, autant vous évitez de la peine tout de suite : nous n’avons même pas tenté l’aventure. A la lecture du célèbre site serial démonteur de PC et matériels en tout genre, iFixit donne une très mauvaise note à la Surface Pro 4. Afin d’éviter tout problème avec le service juridique de Microsoft, nous n’avons donc pas tester nos nouvelles spatules à BBQ pour l’ouvrir en deux. Mais sachez tout de même une chose : si vous avez le moindre problème technique avec votre tablette, il ne sera tout simplement impossible de réparer quoique ce soit. Il faudra donc passer par la case SAV Microsoft que nous testons d’ailleurs en ce moment. Nous pourrons revenir prochainement dans un nouvel article si nous avons noté certaines informations intéressantes à vous partager.

Un jeu de compromis...

Tout ça pour dire que si vous prenez la configuration initiale à 999€ en pensant pouvoir mettre un nouveau kit de barrettes de mémoire ou encore remplacer le SSD, ce n’est tout simplement pas possible. Microsoft a ici soudé l’ensemble des composants sur la carte mère pour gagner le maximum de millimètres pour son produit. Mais pourquoi prendre notre version à 1500€ dans ce cas ? C’est bien toute la question dans notre test. Est-ce qu’il est finalement plus judicieux de s’acheter une Surface Pro 4 alors que les PC portables gaming font de plus en plus d’effort sur la finesse ou le poids comme les Asus ou encore les Aorus. Le choix du compromis entre sobriété énergétique et les fps dans les jeux vidéos ? Regardons cela de plus près.

Au sein de la Surface Pro 4, il n’y a tout simplement pas de GPU dédié. Il faudra donc se contenter de la Intel HD Graphics 520. Pour en savoir un peu plus de ce circuit graphique, il s’agit d’une version GT2, de la génération 9 d’Intel avec 24 unités d’exécutions. Les 24 EUs tournent à une fréquence variable allant de 300 MHz à 1 GHz. Avec cette puce, et notre configuration, on obtient par exemple 57304 points avec le logiciel 3DMark 2013 et le benchmark Ice Storm Standard en définition 1280 x 720. Fire Strike Standard, en 1920 x 1080, nous obtenons le score de 779 points. Le circuit graphique se place donc à une légère encablure de la Nvidia GeForce GT 720M selon nos résultats.

IMG 20151221 094642La ventilation passe par cette grille fine

Et en jeux vidéo ? Star Wars Battlefront remonte un score de 33 fps (moyen) sur une définition de 1024 x 768. Certes, ce n’est pas la définition du siècle présent, mais si cela permet de dépanner… Fall Out 4 est tout simplement injouable, même dans cette définition des années 2000. Les fans du RTS apprécieront de savoir que l’on peut jouer à Anno 2205, toujours avec cette même définition et en configuration basse à 31 fps (moyen). Et puisque la Surface Pro 4 peut aussi être utilisé par toute la famille, nous nous sommes lancés dans le test des Sims 4 (sorti en 2014). Cette fois, même en 1366 x 768, avec une configuration moyenne dans les paramètres graphiques, le jeu est jouable et sans saccade à 50 fps (moyen). En 1080p, il faudra passer en configuration basse pour obtenir le même résultat graphique. Vous préférez les FPS ? Le bon vieux CS:GO passe bien en 1080p en configuration moyenne, tout comme en 1366 x 768 avec les configurations graphiques un peu plus élevés, avec un score moyen de 43 fps. BattleField 4 est un peu plus gourmand sur la configuration et peine à sortir les pixels sur notre dalle. On obtient finalement 33 fps en 1366 par 768 avec une configuration basse.

Mais voilà, tous ces tests ont été fait avec un câble d’alimentation branché sur la tablette et une souris branchée sur l’unique port USB. Il faut donc parler d’autonomie pour savoir si vous pouvez l’emporter avec vous en balade, même en oubliant le chargeur. Et bien, pour une journée de travail classique, avec une navigation active sur les outils métiers, un Outlook ouvert qui cherche les emails régulièrement en IMAP, une messagerie instantanée, quelques documents Office ouverts en édition, la machine tient environ 7 heures avec une luminosité fixée à 50% avec l’adaptation active. En lecture vidéo, c’est également pas mal puisque nous avons pu faire tourner notre vidéo en 1080p x264 pendant 5 heures et 35 minutes.

Faut-il donc acheter ? Pour être tout à fait franc, la réponse n’est pas celle que vous attendiez : cela va dépendre de votre budget et de vos attentes. Si vous avez, aujourd’hui, 1500€ à placer pour recycler votre ancien PC portable dans une machine flambant neuve, la Surface Pro 4 pourrait être assez séduisante. Pourtant, la concurrence est rude sur ce segment, notamment avec un Dell XPS 13 nouvelle édition qui propose un châssis de 11” avec une dalle de 13”, très bien finie et le clavier plus confortable. En outre, cette machine détient un Intel Core i7 et des ports supplémentaires. Cependant, la finesse est en faveur de la Surface Pro 4. Tout dépendra du sac qui transportera votre PC et des concessions que vous êtes prêt à faire. De l’autre côté, si vous cherchez une machine plus puissante pour le jeu, il faut clairement passer votre chemin. Enfin, pour une machine bureautique avancée, qui saura répondre présent sur bon nombre de tâches comme la retouche photos, le jeu en légèreté ou plus ancien, en passant par une bonne journée de travail bureautique, Microsoft a finalement réussi son pari après quatre versions.

IMG 20151221 093707Saurez-vous retrouver la Surface Pro 4 ?

La firme de Redmond a sorti une autre arme de guerre qui pourrait vous faire tourner un peu plus tête. Le choix va être d’autant plus difficile avec sa toute nouvelle Surface Book ouverte aux pré-commande en France. La Surface Book reprend les mêmes recettes de la Surface Pro 4, mais propose un véritable clavier de PC portable et une batterie supplémentaire, sans oublier le GPU Nvidia modifié (GT 940M). Certes, le ticket d’entrée est légèrement plus cher, mais si vous cherchez une polyvalence accrue dans tous les domaines, cette Surface Book première du nom pourrait donc aussi vous faire de l’oeil. Nous ne vous aidons clairement pas dans votre choix. Mais si nous devons conclure, sachez que la Surface Pro 4 est bien finie, ne ressemble à aucun autre produit du marché et propose un équilibre plutôt bon pour l’ensemble des tâches informatiques d’aujourd’hui. La tablette qui veut remplacer votre PC, ce slogan semble assez proche de la vérité. Bien que nous aimerions un clavier d’office dans le pack, et quelques ports supplémentaires pour parfaire le travail.

fleche Finitions impeccables
fleche Qualité de fabrication,
fleche On aime l'embarquer avec nous,
fleche Bonne autonomie.
flecheManque de ports,
flecheImpossible à réparer,
flecheUn prix un peu élevé par rapport au marché.
Share

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir