Jeudi, 03 Septembre

Dernière mise à jour02/09/2015 12:53:09 PM GMT

Vous êtes ici Articles Boitiers Test : Boîtier Akasa Omega

Test : Boîtier Akasa Omega

Envoyer Imprimer
 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}
Akasa Omega

Introduction.

Voilà une marque que nous retrouvons assez peu dans nos colonnes à la rubrique boîtier. Plus souvent présente dans le refroidissement ou les alimentations, elle ne dédaigne pas pour autant  faire des incursions dans ce domaine. Souvenons-nous du Zen, un petit boîtier entrée de gamme qui nous avait bien surpris.
Les dernières nouveautés de la marque en la matière sont, l’Infiniti  et l’Omega.

Nous avons en main l’Omega, le haut de gamme de la marque, il présente certaines particularités que nous qualifions de très intéressantes, sans hésiter.
Pour les amateurs de la marque, il reprend les grandes lignes de l’Eclipse, ce n’est pas pour autant un Eclipse avec une porte, loin de là, nous allons le découvrir.

 {mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Protocole de tests.

AntecTwelve Hundred

Plateforme de test :

fleche Processeur : Phenom X3 8750, 2400 MHz
fleche Ventirad : Akasa AK-875-BL.
fleche Carte mère : Gigabyte MA790X DS4.
fleche Mémoire : 2 x 1GB Mushkin XP2- 6400 DDR2.
fleche Carte graphique : Asus EN9800 GTX Top, 512 Mo GDDR3..
fleche Disque dur : Maxtor DiamondMax Plus 10, 160 Go SATA, 7200 Tr/Min.
fleche Alimentation : Cooler master Silent Pro 600 Watts.
fleche Système d’exploitation : Windows XP SP2.

Pour ce test nous utiliserons 2 configurations :
fleche Conf1 : Le processeur est cadencé par défaut, la carte graphique étant une version overclockée nous ramenons les cadencements à 675/1100 MHz.
fleche Conf2 : le processeur est cadencé à 2800 Mhz, 240 x 12 à 1.38 volts, la carte graphique est ramenée à ses fréquences de fonctionnement soit 775/ 1175 MHz.

AntecTwelve Hundred

Ventilateurs additionnels :
fleche 4 x Akasa AK-183 L2B
Guidage : Twin Ball Bearing.
Régime de rotation de 1400 Tours/min.
Indice CFM : 44.80.
Nuisances sonore : 18 dB(A).

AntecTwelve Hundred

Test d’intégration radiateur watercooling.
fleche Swiftech MCR220-Res.
Dimensions : 301 x 106 x 35 mm.
Emplacement pour 2 ventilateurs de 120 mm.

Test de refroidissement :
La mise en température sera effectuée avec Cpu Burner sur chaque core du processeur et conjointement, AtiTools en mode Scan pour artefact. La durée du test est de 30 minutes, comme d’habitude, les valeurs les plus élevées seront retenues.
Les mesures se porteront sur l’Omega tel quel, puis avec ajout des ventilateurs supplémentaires

AntecTwelve Hundred

Les nuisances sonores :
2 mesures seront faîtes sur le devant du boîtier à 15 cm et à 1 mètre, en « base », et avec les ventilateurs additionnels

Le test d'intégration :
Nous jugerons par le biais de ce test de la facilité de montage d'une configuration complète. La classification se fait du plus rapide et facile 5 clés, au plus long et compliqué 1 clé

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Présentation.

Akasa Omega

Spécifications :
fleche Modèle : Akasa Omega.
fleche Format : Atx, Micro ATX  et ATX étendu.
fleche Matériaux façade : Plastique, aluminium anodisé 3.0 mm.
fleche Matériaux châssis : Aluminium laqué 1.5 mm.
fleche Matériaux panneaux : Aluminium anodisé 1.2 mm. 
fleche Matériaux support de carte mère : Acier Inox.
fleche Alimentation : Format ATX en option.
fleche Emplacement ventilateur avant : 1 x Akasa, 120 mm, filtre à air, (livré).
fleche Emplacement ventilateur arrière : 1 x Akasa, 120 mm, (livré).
fleche Emplacement ventilateur dessus : 2 x 120 mm ou radiateur watercooling, (option).
fleche Emplacement ventilateur latéral gauche : 2 x 120 mm ou radiateur watercooling, (option).
fleche Emplacement 5.25 pouces : 4 externes.
fleche Emplacement 3.5 pouces : 2 externes et 5 internes dans 2 cages démontables.
fleche Emplacement carte PCI filles : 8.
fleche Ports façade : 2 USB 2.0, 1 FireWire, 1x E-Sata et 2 entrées/ sorties audio.
fleche Dimensions, hauteur : 460, largeur : 240, profondeur : 560 mm.
fleche Poids : 8.6 Kg.

Caractéristiques des ventilateurs livrés :
Akasa DFS122512L.
Guidage : Sleeve Bearing.
régime de rotation de 1200 Tours/min.
Indice CFM : 47.98.
Nuisances sonore : 23.1 dB(A).

Composition du bundle
fleche Le boîtier.
fleche 4 roulettes
fleche Plaquette I/O avec décor
fleche Visserie, 1 collier.

Prix moyen (hors transport) : 180.00 euros.

Akasa Omega Akasa Omega

C’est un boîtier d’apparence trapu, les 240 mm de sa largeur n’y sont pas étrangers, cela correspond à 30 mm de plus qu’un boîtier dit « standard », sa «faible» hauteur de 460 mm contribue à cet état de fait. Par contre, il est très profond, 560 mm, voilà qui doit permettre le montage de cartes graphiques longues et d’alimentation du même acabit. Bref, il en impose.

Akasa Omega Akasa Omega

En façade une porte ondulée en aluminium ferme le boîtier, au centre sur toute la hauteur une partie en grillage sert à assurer la bonne respiration, sur la droite un rappel des boutons marche/arrêt, reset et des témoins de fonctionnement. A mi-hauteur sur la partie droite du montant de la porte, nous découvrons les connecteurs façade, ils sont plutôt bien fournis, 2 x USB 2.0, 1 FireWire, 1x E-Sata et 2 entrées/ sorties audio. La porte en elle-même recèle un emplacement sur sa face interne de 15 mm, parfait pour un rhéobus un peu proéminent par rapport à la façade.

Akasa Omega Akasa Omega

La porte s’articule autour de 3 charnières, une fois ouverte nous avons accès en haut aux 3 baies 5.25 pouces, et aux 2 en 3.5 pouces juste en dessous. Sur la droite, nous retrouvons les boutons de mise en marche, reset et les témoins de fonctionnement, ils assurent leur fonction avec la porte ouverte ou fermée, des prolongateurs sont présents dans l’épaisseur de la porte. C‘est peut-être un détail, mais qui a son importance, pouvoir démarrer ou rebooter sa machine porte fermée, bien pratique.
La partie basse est réservée à l’entrée d’air dans le boîtier, sur la droite le logo du boîtier : Omega.

Akasa Omega


Continuons le tour avec le panneau gauche. Il est en aluminium, une large ouverture est présente sur la partie arrière au droit des cartes graphiques et du processeur.
La face arrière est de toute beauté, il faut être franc et le reconnaître. L’implantation de cette partie est classique, l’alimentation est en haut, dessous nous retrouvons le trio classique : la plaquette I/O, les emplacements cartes filles et le ventilateur. Cette zone est en inox avec une finition polie, magnifique…
Le panneau gauche est totalement occulté, à l’inverse du dessus de notre Omega qui présente la même ouverture que celle présente sur le panneau droit. Elle se situe plutôt vers l’avant du boitier, légèrement décentrée vers la gauche.

Akasa Omega Akasa Omega


Le dessous est totalement fermé, 4 tampons sont présents mais aussi 4 emplacements pouvant recevoir les roulettes livrées, ultra-pratique pour déplacer rapidement son PC. Le fond est nervuré pour renforcer la rigidité du châssis.
La finition est cohérente, pas vraiment de point faible. Par contre,  sous un certain angle des petits défauts au niveau de l’état de surfaces apparaissent sur les panneaux  et sur le châssis.
A la manipulation le boîtier présente une belle rigidité, phénomène rare pour un châssis en aluminium de 15/10e.

Akasa Omega Akasa Omega

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

L'intérieur.

Akasa Omega

Commençons par le commencement, ôtons le panneau gauche.  Tient, un miroir au fond ! Mais non,  il s’agit de la plaque support de la carte mère, elle ne forme qu’une seule pièce avec la plaque supportant la plaquette I/O, le ventilateur et les supports des cartes filles. L’ensemble est extractible par l’arrière, cette mobilité repose sur 2 glissières métalliques en haut et en bas, la fixation est assurée par 5 vis moletées sur la face arrière.

Akasa Omega Akasa Omega

Le haut du boîtier abrite l’alimentation qui est littéralement enfermée dans un compartiment. Il occupe toute la profondeur du boîtier et sert également de support pour les périphériques 5.25 pouces.
Une bride réglable munie de bandes en silicone permet de comprimer le bloc sur son support pour limiter les vibrations. Sa fixation se fait par la face arrière avec des vis moletées.
Le dessus de l’Omega est également amovible, 2 vis à l’arrière à ôter et le panneau coulisse. Nous découvrons que ces emplacements peuvent abriter 2 ventilateurs de 120 mm ou un radiateur de watercooling du même format.

Akasa Omega Akasa Omega

Akasa Omega Akasa Omega

Rapprochons-nous de l’avant, les emplacements en 5.25 pouces sont très classiques, montage à vis traditionnelles  pour les lecteurs optiques ou autres.
Les emplacements 3.5 pouces sont décomposables en une baie pour les externes et une autre pour les disques durs  internes. L’ensemble est également démontable mais pour se faire, il faut démonter la façade. De simples loquets métalliques la retiennent au châssis, les différents cordons en provenance de la façade traversent la paroi côté droit. Sur la face avant du châssis, nous découvrons 4 vis moletées  de part et d’autre du filtre avant, pour y accéder, il convient d’enlever au minimum les vis du dessus, le cadre du filtre est simplement emboîté sur le panneau. Voilà qui n’augure rien de bon pour un simple nettoyage, il faut démonter la façade… Cela sous-entend d’enlever les 2 panneaux latéraux, bref un peu compliquer tout ça !

Pour libérer le bloc des disques, il faut compléter le démontage en enlevant les deux vis du bas, pour  celui des lecteurs 3.5 pouces, 2 vis sont présentes de chaque côté des l’emplacements, elles ne sont pas moletées.

Akasa Omega Akasa Omega
Akasa Omega Akasa Omega

A l’intérieur, un poussoir plastique permet de verrouiller les 2 blocs 3.5 pouces solidairement et enfin celui positionné sur les emplacements 5.25 pouces complète la fixation de l’ensemble.

Revenons à nos panneaux latéraux, l’emplacement de ventilation du côté gauche est exactement identique à celui du panneau  de dessus, on peut donc y loger 2 ventilateurs de 120 mm ou un radiateur de watercooling. Tant qu’à faire, enlevons le panneau droit pour mettre à jour l’intégralité du châssis, le travail de déshabillage étant  plus qu’avancé.

Akasa Omega Akasa Omega


Voici donc le châssis nu, nous notons que les plaques entourant l’alimentation  contribuent grandement à la rigidité du châssis, elles vont de la façade avant à la face arrière.
Ce déshabillage nous révèle également le ventilateur d’aspiration de la face avant mais aussi les colliers canalisant les câbles en provenance de la façade. L’ensemble est très propre, bien rangé.

Akasa Omega Akasa Omega

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

L'intégration

Akasa Omega

Nous  allons décrire sous ce chapitre les principales étapes du montage de notre machine. Impossible de tester tous les matériels, bien sûr, mais nous avons choisi la plate-forme la plus courante possible  ou, tout au moins, la moins typée. Cela permet, par extension,  de se faire une idée de l’intégration avec son propre matériel.

Alimentation :
Elle se monte sur une platine assez légère qui vient ensuite se positionner sur le châssis. La fixation définitive intervient par le biais de vis moletées. La profondeur disponible est confortable, la limite étant fixée par les ventilateurs supplémentaires, nous disposons de 240 mm. La bride permet de conforter la fixation sur le panneau arrière plaquant le bloc sur son support. Cette bride est réglable pour s’adapter à la profondeur de l’alimentation, les vis de fixation  coulissent dans des lumières présentent sur les côtés.

Akasa Omega

La carte mère :
Qu’il est grand ce boîtier ! De plus le support de la carte mère est amovible, parfait pour effectué le montage tranquillement en dehors du coffret. L’Akasa Omega accepte tous les types de cartes mères ATX, micro ATX mais aussi ATX étendu. Ce dernier format est l’apanage des cartes biprocesseurs, voilà qui conforte une des destinations de ce boîtier, la station de travail.

Akasa Omega Akasa Omega Akasa Omega

Le montage n’est pas exempt de singularité puisque le plaque support, composée d’une partie horizontale et d’une seconde verticale pour l’accueil des cartes  filles ne présente pas un angle de 90° mais plus proche du 95°. Il faut donc forcer légèrement sur la plaque verticale pour la ramener dans le droit chemin ou fixer les cartes additionnelles une fois la plaque vissée dans le boîtier. Pourquoi se hors d’équerre ? Sans doute pour éviter que la plaque ne vibre dans ses glissières une fois montée.

Le ventirad processeur :
Nous utilisons dans le cadre de ce test un ventirad des plus classiques pour être le plus dépendant possible du boîtier. L’espace disponible pour sa hauteur est de 170 mm avec les ventilateurs additionnels montés et de 195 mm sans, autrement dit pas de grande limitation.

La carte graphique :
A ce niveau aucun problème, des cartes de 340 mm peuvent y trouver place, des supports sont présents pour les cartes longues à droite de la plaque support. Une fois de plus un appel du pied vers la station de travail.

Les disques durs :
Quatre emplacements sont donc prévus, le montage des disques est classique et fait appel ou bon vieux tournevis cruciforme. Aucun système d’amortissement n’est prévu, un peu dommage … La cage est démontable, comme nous l’avons précisé, au niveau de nos disques durs,  l’intérêt est des plus limité tant le remise en place avec disque monté est délicate, il faut enlever la carte graphique pour avoir une remise en place sans forcer. Ce démontage est par contre indispensable dans le cas d’un accès au ventilateur aspiration pour nettoyage ou remplacement.

Akasa Omega

Les périphériques 5.25 Pouces :
Montage à l’ancienne également pour les lecteurs, les vis cruciformes sont de mises. Il convient de bien réfléchir lors de l’installation, si vous montez les 2 ventilateurs au sommet de la tour, décalez  tout de suite votre lecteur 5.25 pouces dans l’emplacement du dessous. Si nous n’en montez qu’un, celui au plus prés du centre du boîtier et que le lecteur n’excède pas 170 mm de profondeur, la position tout en haut est concevable.

Akasa Omega Akasa Omega

Ventilateurs supplémentaires et watercooling  :
Pour le montage des 2 ventilateurs sur le dessus, comme précité, si vous avez monté votre lecteur optique sur la baie 5.25 pouces le plus haute, comme nous et bien il faut le décaler sur la baie d’en dessous. Dans le cas d’un montage complet à savoir les 2 ventilateurs et un radiateur de watercooling, même chose mais encore un décalage d’une baie vers le bas.  Ces emplacements ne sont pas totalement inutilisables, puisqu’un rhéobus ou autre peut être installé, attention toutefois  qu’il n’excède pas  60 mm de profondeur dans le cadre d’un montage des  ventilateurs ou/et 30 mm pour un radiateur watercooling pour la baie.       

Akasa Omega Akasa Omega

Voilà qui conduit à une certaine interrogation sur l’efficacité  même de cet emplacement en air cooling seul, surtout celui proche de la façade car, hormis refroidir  le lecteur,  son utilité est à démontrer.
Techniquement parlant le montage est simple, la grille est solidaire du panneau pas des petits clips plastiques, il suffit de les écarter pour la dégager, l’accès aux fixations est alors totale.
Le panneau gauche présente un emplacement avec  la même structure que l’emplacement précédent. Le système de montage est donc identique pour les ventilateurs, mais aussi pour le radiateur du watercooling. Par contre, attention à la hauteur disponible, dans notre cas, impossible de le monter car il est trop haut. En effet, les trous de fixation sur le panneau  sont à 8 mm sous le  renfort/support de l’alimentation, donc forcement ça coince…  Donc prudence sur les dimensions du radiateur en cas d’intégration sur le panneau gauche…

Akasa Omega Akasa Omega

L’agencement interne du boîtier :
Il est vaste très vaste du fait de sa largeur et de sa profondeur, une zone située entre le panneau droit et les lecteurs 5.25 et 3.5 pouces est présente. Elle peut accueillir les surplus de câbles en provenance de l’alimentation par exemple ou servir de passage de cordons.  Un petit regret malgré tout :  pourquoi ne pas utiliser les 20 mm entre le support de la carte mère et le panneau droit pour  passer les cordons ? Il suffirait de quelques ouvertures dans le compartiment alimentation et dans la partie basse au niveau de la plaque inox pour faciliter l’agencement des cordons. Le bundle est assez complet, il ne manque que quelques colliers adhésifs  pour parfaire le guidage des cordons en bas de boîtier, faute de passage de câbles prédéfinis

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Résultats des tests

Pour ce test nous utiliserons 2 configurations :
fleche Conf1 : Le processeur est cadencé par défaut, la carte graphique étant une version overclockée nous ramenons les cadencements à 675/1100 MHz..
fleche Conf2 : le processeur est cadencé à 2800 Mhz, 240 x 12 à 1.38 volts, la carte graphique est ramenée à ses fréquences de fonctionnement soit 775/ 1175 MHz..

Ventilateurs additionnels :
fleche 4 x Akasa AK-183 L2B

Pour ce test 3 séries de mesure seront effectuées :
fleche Base, sans ventilateurs supplémentaires.
fleche Base + les ventilateurs bas en fonctionnement.
fleche Base + les ventilateurs haut en fonctionnement.
fleche Base + tous les ventilateurs en fonctionnement.

En configuration de base.

Les températures

Commençons tout d’abord par le processeur.

L'apport de la ventilation supplémentaire est quasi nul, la fluctuation en charge ne dépasse pas le degré. Curieux dans la mesure où un des ventilateurs de côté est en face du ventirad.

Passons à la carte graphique.

.

La carte graphique réagit un peu plus avec de 1 à 2°C de baisse. Ce n’est pas beaucoup, d’autant plus qu’un ventilateur lui est quasiment dédié.

La carte mère, comment  se comporte-t-elle ?

La carte mère n’apprécie guère les ventilateurs haut avec des hausses de près de 4 °C.

Nos derniers relevés de températures porteront sur les disques durs.

La position avec tous les ventilateurs en fonctionnement semble être la meilleure, mais modérons  notre joie, de 1 à 2°C seulement !

Les nuisances sonores :

Les nuisances sonores  avec la ventilation de base sont très mesurées pour ne pas dire inaudibles.  Les ventilateurs  bas sont les plus audibles, ils pénalisent le score lorsque tous les ventilateurs sont en fonctionnement.

Akasa Omega

Test d'intégration :

Un montage très grandement facilité par un support de carte mère extractible, tout est accessible et permet donc une intégration propre. Idem pour les autres éléments tant l’Omega est spacieux.
L’alimentation est particulièrement accessible en enlevant le panneau supérieur, cela permet de brancher un cordon modulaire supplémentaire ou agencer les cordons très correctement.
Les disques et périphériques 5.25 pouces adoptent un montage classique avec vis. Certains auraient sans doute préféré un montage de type « sans outils », chacun ses préférences.
Le gros point noir du montage est l’accès au filtre du ventilateur d’aspiration, il faut démonter les panneaux latéraux, la façade, (attention aux clips, c’est du fragile..) et démonter les 2 vis au-dessus de l’emplacement  pour dégager le filtre, ouf… Bien long tout ça.
Le volume intérieur de l’Omega est tel que des passages de cordons au dos du support de la carte mère auraient pu être prévus, pour faciliter le rangement des câbles, cela ne coûterait que quelques ouvertures et quelques colliers.

Cliquez pour agrandir l'image

Notre note sera de 4/5.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}
 

Conclusion :

Akasa Omega

Un boîtier bien atypique que l’Akasa Omega, sa forme, son allure générale tranche avec les standards actuels. Par rapport au dernier boîtier testé, l’Antec Twelve Hundred, il est moins haut de 120 mm mais plus large de 27 mm et  plus profond de prés de 50 mm. Voilà qui lui donne un aspect massif et trapu, très professionnel… Akasa d’ailleurs ne dissimule pas cet état de fait en précisant qu’il se destine aux stations de travail, son volume intérieur le confirme,  compatible ATX étendu et cartes filles PCI longues, aucune limitation en terme de taille pour les principaux composants.

Akasa Omega

Les performances en termes de refroidissement sont surprenantes, les relevés effectués attestent de gains faibles sinon inexistants. Comment expliquer ces résultats ? Le  volume interne particulièrement conséquent semble être la principale raison mais aussi les ventilateurs existants qui se montrent performants et très discrets et pourtant 4 ventilateurs de 120 mm supplémentaires à 1400 tours/min, généralement «ça décoiffe» en refroidissement… En version «base», les performances sont très correctes mais surtout il est très discret.

Son degré d’équipement est particulièrement intéressant, pré-équipement watercooling, filtre à air, roulettes le tout bien intégré, à l’exception de l’accès au filtre à air qui est un véritable chemin de croix.
Un mot sur son design : très sage, trop pour certains sans doute, en tout état de cause, il est discret et plutôt passe partout. La structure est en aluminium qui lui confère une légèreté totalement hors norme comparativement à sa taille, 8.6 Kg à vide pour 14.5 Kg en ordre de marche, pour rappel 21.7 Kg pour l’Antec 1200.  Sa finition est bonne sans être extraordinaire, pas de points négatifs à l’exception de la façade dont les clips ne nous rassurent pas sur  leur longévité.

AntecTwelve Hundred

En bref, de très bonnes idées autour de ce boîtier, hormis certains détails, il est plutôt bien construit. Ses facultés d’adaptation sont certaines, il s’ajustera à tout type de matériel et à tous les usages.  Là est son point fort, nous lui décernons notre label coup de cœur.


fleche Châssis aluminium, poids moindre.
fleche L'équipement livré.
fleche Présence d’un filtre à air.
fleche Volume intérieur, accessibilité totale aux constituants du PC
fleche Finition de bon niveau.

fleche Accès au filtre à air.
fleche Pas de passage de câbles.
fleche Efficacité de l’emplacement de ventilation haute en air cooling..
fleche Pas de système antivibratoire pour les disques durs.

Remerciements : Cate d'Akasa

Signaler une erreur : 59Hardware

 Articles relatifs :
Test : Boîtier Antec Twelve Hundred
La gamme Hundred chez Antec correspond à la gamme joueur, jusqu’à présent un seul modèle était présent, le Nine Hundred. Antec vient de commercialiser coup sur coup 2 nouveaux boîtiers...
Test : Le boîtier Antec Three Hundred 
Le voici donc ce boîtier tant attendu, une des dernières créations d’Antec, le Three Hundred. Il se positionne dans la gamme boîtier de jeux de ce constructeur. Il voisine avec le Nine et le Twelve Hu...
Test vidéo : Coolermaster CM690 
Acteur incontournable du monde des boîtiers, Cooler master a su se faire un nom il y a quelques années, tant dans le domaine du haut de gamme (avec le Wavemaster par exemple) que sur le moyen gamme (a...
Test : Boîtier Apevia X-Telstar Junior
Après le test du boîtier X-Cruiser que nous avons publié il y a quelques années, nous voici de nouveau face à un produit du constructeur américain Apevia. Il s’agit du boîtier X-Telsar Junior disponib...

Test : Boitier Cooler master Cosmos S
Quelques mois après le lancement d’un nouveau haut de gamme boîtiers, le Cosmos, Cooler Master remet le couvert en nous proposant la version S. C’est un boîtier orienté gamers, il inaugure une nouvell...

Test : Boîtier Spire Pininfarina 
Associer une marque d’informatique comme Spire avec un des plus grands stylistes automobiles pourquoi pas. Ce n’est pas un coup d’essai. Souvenons-nous de LaCie avec un design By Porsche au niveau de ...
Test : Boîtier NZXT Hush
Lorsque l’on fait l’acquisition d’un boîtier plusieurs éléments sont pris en compte, sa taille, ses performances, sa qualité et son prix. Mais il en existe un autre qui bien souvent prend le pas sur les précédents, l’esthétique !
Test : Boîtier Antec P182
L’arrivée d’un nouveau boîtier Antec est toujours en soit un petit événement et ce pour plusieurs raisons. La première pourrait être que la société Antec jouit d’une très bonne réputation dans le domaine...

Autres articles Boîtiers Classique - Minis boîtiers

Share

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir