Lundi, 11 Décembre

Dernière mise à jour11/12/2017 08:44:50 AM GMT

Vous êtes ici Actualité Logiciels / Jeux Vers une guerre froide des antivirus

Vers une guerre froide des antivirus

Envoyer Imprimer

Le Département de la sécurité des Etats-Unis a décidé de ne plus utiliser et de désinstaller tous les produits fabriqués par Kaspersky Lab de ses agences fédérales.

Kaspersky Lab1

Décidemment rien ne va plus entre le Département de la sécurité Intérieure (DHS) des Etats-Unis et Kaspersky Lab, la société russe spécialisée en antivirus dont le siège est à Moscou.
C'est le DHS qui a lancé la consigne devançant ainsi le vote du Sénat américain, les produits Kaspersky doivent être identifiés sous 30 jours, leurs utilisations devront être stoppées encore une fois sous 30 jours et désinstaller sous le même délai. Delà à ce que les détaillants les retirent des rayonnages, il n'y a qu'un pas qui sera vite franchi sans doute.

kl17 201
M Eugene Kaspersky

Le DHS craint que via l'antivirus le gouvernement russe accède à certaines informations sensibles, ce sentiment a été renforcée par les dernières élections présidentielles où des accusations de piratages ont été proférées vis à vis de la Russie.
L'affaire a démarré en 2012, une certaine proximité entre des dirigeants de Kaspersky Lab et le service des renseignements russe avait été observée, par contre il est vrai qu'il y a une obligation de collaboration des entreprises russes avec leur gouvernement, la loi russe est ainsi.

Kaspersky Lab réagit bien sur en précisant qu'il réalise 85 % de son chiffre d'affaire hors Russie, et que de telles pratiques ne seraient pas dans son intérêt, Eugene Kaspersky aurait même proposé de communiquer le code source à des fins de vérifications.
"Kaspersky Lab n'entretient aucun lien inapproprié avec un quelconque gouvernement, c’est pourquoi nous sommes déçus de la décision prise par le Département américain de la Sécurité intérieure (DHS). Cependant, nous accueillons avec reconnaissance l’opportunité qui nous est offerte de fournir des informations complémentaires à l'agence pour confirmer que ces allégations sont totalement infondées. Aucune preuve crédible n'a été présentée publiquement par quiconque, ni par une quelconque organisation, dans la mesure où ces accusations reposent sur de fausses allégations et des hypothèses inexactes. Cela est valable également pour les allégations concernant l’impact que des règlementations et politiques russes pourraient avoir sur l’entreprise. Kaspersky Lab a toujours reconnu qu'il fournissait des produits et des services appropriés aux gouvernements du monde entier pour les protéger contre les cyber menaces, mais l’entreprise n’entretient aucun lien contraire à l'éthique, ni aucune affiliation avec un gouvernement, y compris la Russie..."

Share

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir