Mardi, 12 Novembre

Dernière mise à jour08/11/2019 02:50:51 PM GMT

Vous êtes ici Articles PC de bureau, multimédias Intel NUC

Intel NUC

Envoyer Imprimer

Le NUC est un peu plus qu’une petite machine telle que nous les connaissions sous Atom, AMD Ax ou dans les déclinaisons ARM existantes sous Android. C’est en soi un nouveau form-factor pour la carte mère et le boîtier, l’UCFF, qui en termes de dimensions, revient à la taille de deux Apple TV empilées.

NUC_DC3217IYE_1

Disponible soit sous forme d’une carte mère dédiée à l’intégration, comportant un CPU soudé et les ports, soit pré-montée dans un boitier au format qui tient littéralement dans la main, le mini-pc d’Intel rappelle pourtant un concept de barebones de petites tailles déjà disponibles depuis quelques années.

Après la première vague des Nettops, qui, il faut avouer, n’étaient pas tous pourvus pour afficher les standards de performances du début des années 2010. Les plus aptes embarquaient des déclinaisons de GPU (ION pour Atom) ou de processeurs soudés, forçant le passage des machines à une ventilation active pour ceux capables d’afficher un niveau de performances juste suffisant pour de la bureautique, de la navigation sur Internet, et au mieux, l’accélération adaptée au visionnage de vidéos.

NUC_DC3217IYE_3

Les multiples « box » Android disponibles sur le marché français, via ebay ou d'autres circuits d’importations affichent quant à elles un niveau de prestations beaucoup moins large. Restreintes pour la plupart à un OS si l’on excepte les différentes boards populaires, mais orientées développement comme les excellentes Raspberry Pi ou PandaBoards, elles sont souvent équipées de SoC anémiques ou mal pourvues (les ARM Cortex A8 et A9 disponibles sont souvent capables en vidéo, mais rapidement débordées dans d’autres tâches) pour assurer dans tous les domaines. Par contre, l'évolution des SoC ARM est pour le moins bluffante depuis quelques mois, et des outils comme le dernier 3D Mark permettent désormais de comprendre le fossée réel de performances qui sépare les différents acteurs des deux mondes. L'écart actuel en faveur des CPU x86 et des GPU / APUs intégrés ne pourra aller qu'en se résorbant.

NUC_DC3217IYE_12

La souplesse du x86 reste au delà de ces considérations un grand avantage pour le choix de l’OS : que l’on soit dans un univers Microsoft, où un 7 ou un 8 seront tout à fait l’aise, rien n’empêche avec le NUC d’opter pour une distribution Linux (nous l'avons testé avec succès sur la base d'une Mint 14 "Nadia" avec un bureau Cinnamon et une Ubuntu 12.04), un BSD ou même Android.

Le NUC attaque toutes ces nouvelles formes de machines qui, par leurs tailles réduites, se multiplient plus facilement qu’un PC de bureau classique, et surtout, disparaissent dans notre environnement de vie. La disparition des supports optiques au quotidien, et la rationalisation des modes de transmission des signaux (le HDMI aidant) permettent d’exploiter au quotidien ces machines miniaturisées sans grandes frustrations.



Share