Lundi, 09 Décembre

Dernière mise à jour06/12/2019 02:39:43 PM GMT

Vous êtes ici Articles Stockage interne, SSD SSD Crucial V4 128 Go

SSD Crucial V4 128 Go

Envoyer Imprimer


Parfois, on découvre un produit dans un moteur de recherches, et c'est son prix qui en fait le premier préjugé. Un SSD Crucial de 128 Go proposé sous la barre des 75 € sans FDP, ça interpelle. Qui plus est, la référence fait étrangement penser au M4. Un petit tour sur la fiche du constructeur nous apprend bien vite que le disque ne dispose pas d'un petit v pour "vélocité" mais plutôt pour "Value". C'est bel et bien l'offre d'entrée de gamme de Crucial.

59hardware

Pour un prix au poids / garantie très performant, Crucial met sur le marché un produit d'appel destiné clairement à l'upgrade de machines "2011" selon ces derniers, mais que l'on peut largement étendre jusqu'à 2008 / 2009 et toute la famille Core 2 / Phenom en général. En effet, point ici de performances prétendument incroyables, ou de débits séquentiels rocambolesques, mais du bon vieux SATA II des familles, accompagné des commandes nécessaires à la survie du SSD (NCQ, TRIM).

Embarquant un contrôleur PHISON PS3105 gravé en 90nm (qui lui date quand même de 2010, ce qui explique en grande partie ses spécifications datés, le faisant passer pour un contrôleur de la génération des Intel PC29AS21BA0 ou un SF-1200), le v4 se présente sous un form factor sobre et concis. Le PCB est un pur produit Crucial, et il est évident que pour ce produit, il n'est pas question d'un produit outsourcé et rebadgé. C'est un SSD économique, mais cela reste un Crucial, du moins en apparence, et côté NAND.

C'est la MLC 25nm synchrone maison qui anime le disque. En soi, c'est un gage de bonne tenue et de fiabilité du disque, et la seconde bonne nouvelle après le prix. Ce disque parait on ne peut plus atypique, voire anachronique par sa mise sur le marché mi-2012.

Crucial_V4_3
Ainsi, le Crucial v4 n'approchera qu'un contrôleur SATA II typique d'une situation d'upgrade (le bon vieux et vaillant ICH 9), et le protocole de test est ainsi réduit à une comparaison avec les indices récoltés sur cette même interface.

Nous avions en effet décidé de maintenir le test sur deux plateformes distinctes pour juger de chaque disque testé, dans chaque mode de négociation. Bien que le SATA III se démocratise pour les nouveaux acquéreurs, nous considérons que les bénéfices du SSD peuvent valoir pour tous types de machines, et qu'au delà même de la question du support de la norme, les performances optimales du SATA III ne s'obtiennent qu'avec un contrôleur natif au lien bien dimensionné. Le SATA II natif est toujours préférable de notre point de vue, à une solution type carte d'extension PCI-e, souvent handicapée par la bande passante libre sur le bus.

Crucial_V4_6

De plus, les PC portables et Netbooks susceptible d'être ravis d'accueillir dans leur baie 9mm un tel disque SSD en replacement d'un vieux 5400 t/m mécanique ne bénéficient quant à eux que de l'option SATA natif, et très souvent en SATA II uniquement.

Intéressons-nous donc à ce v4, clairement marketé et pensé pour l'upgrade, dans une situation d'upgrade. 


Présentation

Crucial_V4_1

fleche Produit testé : Crucial v4 - 128 Go
fleche Firmware livré : S5FAMM22
fleche Taille détectée : 119.24 G
fleche Contrôleur : Phison PS-3105
fleche Type de modules NAND : MLC Micron 25 nm synchrone
fleche Taux de transferts séquentiels déclarés : 230 Mo/sec en lecture, 175 Mo/sec en écritures
fleche Lectures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 10.000 IOPS (Evaluation constructeur en QD32 sous IOMeter)
fleche Écritures aléatoires (4KB) maximales exprimées en IOPS: 4.000 IOPS (Evaluation constructeur en QD32 sous IOMeter)
fleche MTBF annoncé : aucun.
fleche Garantie : 3 ans
fleche Bundle : Notice, loficiel de transfert et câble SATA 

Prix moyen : 75 € 


Protocole de test

as-ssdLes performances affichées ont été relevées sur l'interfaces SATA II native sur la carte mère suivante : 

fleche Gigabyte EP35-DS3R (drivers Intel RapidStorage 11.0.0.1032 WHQL) – Q6600@3.29Ghz – 4Go pour le SATA II (port 3)
fleche La plateforme fonctionne sous Windows 7 64bits SP1, à jour au 22 septembre 2012.
fleche Nous démarrons avec CystalMark 3.0.1C (x64), dont les résultats ont été collectés en 9 passes sur des échantillons de 4000, 500 et 50 MB remplis de manière aléatoire. Les résultats affichés sont les moyennes des relevés sur le contrôleur, pour les 3 échantillons.
fleche AS-SSD est lancé à 3 reprises. Seuls les résultats du troisième test sont relevés.
fleche Le logiciel Anvil Pro est employé dans sa version 1.0.46 RC3. Les tests sont effectués sur des échantillons de 1, 4, 8, 16 et 32 Go compressibles et non compressibles afin de stresser l’unité de stockage.
fleche Le disque n'a pas subi de test d'usure avancé en raison de l'absence de MTBF officiel. 


Performances sur données mixtes

Passage obligé par quelques tours de chauffe sous CrystalMark.

Crystal_-_SATA_II

Crystal_-_IOPS

On constate d'emblée que l'on est pas en face d'un foudre de guerre, loin de là. Néanmoins, que ce soit en terme de débits séquentiels que d'aléatoire threadé, surtout en écriture, les spécifications constructeur semblent ici en deça des performances constatées sous CrystalMark. C'est assez rare pour être signalé, mais, celà n'arrive malheureusement pas sur un produit orienté performances.

Par contre, on remarque aussi, que les ratios entre les performances en QD1 et QD32 sont pour le moins...incohérents du fait de l'impossibilité de faire décoller les écritures de leur seuil initial. Très étrange.

Une investigation dans les résultats donne la clef. Notre protocole est constitué de 9 passes sur 3 tailles différentes. Il se trouve qu'en 50 et 500 Mo, le v4 se comporte tout à faire normalement en QD1. En QD32, lorsque l'on passe en revue les résultats entre 50 et 500 Mo, le taux d'écritures aléatoires chute, et les IOPS avec (on passe alors de 15404 IOPS à 10624 IOPS en 500 Mo). Le gadin arrive réellement sur l'échantillon de 4Go. Là, c'est le drame, que l'on soit en QD1 ou QD32, les écritures plafonnent 5,5 Mo/sec et autour de 1300 IOPS. Corrélativement, le taux d'écritures aléatoires en 512KB passe de 224 Mo/sec à...45,74 Mo/sec !

Visiblement, le contrôleur a des suées lorsqu'il a à manipuler de gros blocs de données.


Un Anvil et au lit

Le développement d'Anvil poursuit son bonhomme de chemin et s'améliore chaque fois en apportant des ajustement utiles. Encore en version Release Candidate, mais toujours diablement efficace, ce dernier va prendre son assise dans nos tests pour appuyer les profils de performances, et remplacer AS-SSD pour une étude détaillée des performances en fonction de la compressibilité des données.

AS-SSD reste à nos côtés tout de même, afin d'harmoniser la comparaison avec les disques précédents, et illustrer les performances en 64 threads. 

Sur les données compressibles

ATA_V4-CT128V4SSD2_SCSI_Disk_Device_128GB_16GB-20120922-1250

ATA_V4-CT128V4SSD2_SCSI_Disk_Device_128GB_32GB-20120922-1240

Sur le test de la coquille d'oeuf, le v4 s'en sort honorablement en lecture que ce soit sur 16 ou 32Go, et ce bien que le gain offert par la parallélisation des accès reste marginal.

En écritures, là, c'est moins joyeux, et la sensation sous CrystalMark semble se confirmer. Visiblement, la montée en charge au delà de 4 threads n'accélère pas le pouls du contrôleur Phison qui semble faire goulot.

Sur le profil applicatif (compressibilité à 46%)

ATA_V4-CT128V4SSD2_SCSI_Disk_Device_128GB_16GB-20120922-1325

ATA_V4-CT128V4SSD2_SCSI_Disk_Device_128GB_32GB-20120922-1311

Cette fois, c'est violent et mécanique. Le SSD perd 50% de ses performances des deux côtés, et semble même faire une légère poussée de schyzophrénie, en se rendant plus performant sur le fichier de 32 Go en lectures qu'en écritures, et résister un peu mieux en écritures sur le 16 Go, tout en souffrant en lecture. C'est très déroutant.

Sur les données incompressibles

ATA_V4-CT128V4SSD2_SCSI_Disk_Device_128GB_16GB-20120922-1427

ATA_V4-CT128V4SSD2_SCSI_Disk_Device_128GB_32GB-20120922-1401

Les performances restent dans les mêmes eaux qu'en profil applicatif, avec encore une fois un peu plus de souplesse dans le fichier de 32Go que celui de 16. Ce SSD a semble-t-il bon fond de vouloir se montrer sous son meilleur jour dans les grands moments, mais il reste qu'en QD16 et sous Anvil en général, le contrôleur est en souffrance.

Sortons rapidement AS-SSD de notre chapeau pour voir ce qu'il en advient en QD64.

AS-SSD_-_SATA_II

Il est égal à lui même, comme sous CrystalMark, la montée en charge en écritures lui passe totalement au dessus la tête. Il apparaît quand même, que l'échantillon de fichier utilisé par AS-SSD beaucoup plus petit que ce que l'on a pu infliger au disque sous Anvil lui convient beaucoup mieux. Cela exclue aussi defacto la suspiçion d'un quelconque mécanisme de compression dans le contrôleur. Question d'habitude à force de croiser des SandForce, on en devient paranoïaque.


Dans la cour des grands

Crystal_-_Comparo

Crystal_-_Comparo_IOPS

CrystalMark n'offre pas de circonstances atténuantes au contrôleur. On voit clairement qu'en matière de débits séquentiels la NAND embarquée colle à ce que sait donner sont grand frère le M4.

Ce n'est qu'une fois la montée en charge engagée que les choses changent du tout au tout, et là, pas de doute le Phison PS3105 se fait clouer par tous ses camarades, quelle que soit leur taille.

C'est en tous cas une bonne occasion d'illustrer tout l'intérêt d'un bon contrôleur, et surtout, de sa fonction structurante sur le marché entier du SSD. Nous l'avions déja entrevu avec les déclinaisons de SandForce à firmware à performances variables, voila maintenant la preuve que le silicone et le savoir faire mis dans le firmware comptent énormément. Ici, Crucial ne semble pas en mesure de faire de miracles.

AS-SSD_-_Comparo

Le verdict est complexe pour le v4. Il n'est au final pas la voiture balai du classement comme on aurait pu l'attendre sous l'angle d'AS-SSD. Mais nous savons grace à Anvil que son contrôleur peut dans des cas un peu complexes (genre, ISO de blu-ray, grosses archives compressées, ou blocs monolythiques de données pour un jeu) avoir des suées.

Du reste, il se permet de devancer, tout en souplesse, des disques de 60/64 Go dans les profils applicatifs. Ca tombe bien, ces derniers sont proposés dans le même ordre de prix, mais moitié moins pourvus en espace.

S'il stagne en charge parallélisée, et ferme la marche en termes d'efficacité, n'oublions pas qu'aucun disque mécanique n'arriverait à 10% de ses performances à cet exercice...


Endurance du disque à la charge

AS-SSD_-_usure

Le petit atout sur les profils applicatifs de AS-SSD ne survit pas au remplissage du disque. La chute de performances est vertigineuse puisque près de 75% des performances font "pschiiit" si l'on ne prend pas la peine de laisser un peu de marge de manoeuvre au contrôleur. Encore une fois, c'est en écriture que le bas blesse, et que les performances se gâtent.

Tableau-usure

Après un formattage, le disque retrouve ses performances originelles. Il y a donc sur ce point des éléments à revoir, côté Crucial ou côté Phison, mais il serait judicieux d'au moins apporter une petite amélioration à ce niveau. 


Conclusion

Nous avons été peut-être un peu taquins envers ce petit v4. Modeste à bien des échelles, et clairement orienté "low cost", il fait réellement pâle figure face à l'offre actuelle.

La faute à un contrôleur embarqué qui s'apparente plus à un compagnon pour la NAND qu'un véritable moteur de performances pour le disque. Il permet de rappeler quand même à quel point un SSD est quasiment tenu par ce seul élément pour assurer sa réussite.

La NAND est de qualité, Crucial oblige, la garantie parait à ce prix généreuse, et la finition ne provoque pas d'émoi, ni de frayeur par ailleurs.

Crucial_V4_8
Qu'est-ce qu'on lui reproche au juste ? D'être inférieur en charge à ses concurrents en 60 Go équipés de Sandforce, et à de grandes encablures des SSD de sa taille. Oui mais voila, pour le prix d'un petit format, vous disposez du double d'espace avec la même garantie. Certes, arrivé au bout du disque, il se pourrait que celà couine un peu. Mais, mais...

...mais, si vous le mettiez face à un WD Velociraptor ou un Samsung SpinPoint F1, ce dernier brillerait en écrasant les solutions mécaniques en 4k threadé ET en débits séquentiels ! Alors, si la dent fut dure, le geste final se doit d'être plus tendre.

Imaginez qu'en 2012 pour moins cher d'un disque haut de gamme de 2009, et qui plus est dans un calme absolu, vous disposiez d'une solution de repli qui ne vous obligera pas à trop compter les Go sur votre partition système. Ceci tout en redonnant des couleurs à une machine que vous commenciez à trouver anémique et vieillissante. Que ce soit pour un fixe, ou un portable, le rafaichissement sera dans tous les cas au rendez-vous, et il est clair que cette offre est plus comparable à un ancien C300 qu'au M4 de la même maison. Pour un netbook, la question se pose encore moins. Les performances d'un ICH7, d'un NM10 avec son lien PCIe limité à 250Mo/s, ou d'une plateforme AMD C ou E, ces dernières n'auront que peu d'avantage à voir arriver un SSD du cru 2012 et en faire bon usage. Notez d'ailleurs que par expérience interne, nous avons remarqué que les SandForce ne font pas très bon ménage avec les ICH7 et NM10.

Crucial_V4_10

Reste une inconnue, le suivi du produit, et, pourquoi pas, son amélioration par Crucial. Il y a vraissemblablement un peu de travail à faire côté firmware pour le TRIM et le Garbage Collector. Quelques gains de performances ça et là seraient aussi bienvenus, mais gageons tout du moins que le produit se montre stable dans la durée.

Si l'on pousse un peu plus loin, et raisonnons pour qui possède un portable ou un netbook équipé en disque mécanique, que ce soit en 128 ou pourquoi pas en 256 Go (trouvable facilement à 150€ l'unité), on se retrouve dans une zone psychologique où la barrière des 200 € s'éloigne et où la limite de taille du SSD face à son ancien HDD de 160 à 320 Go s'éffrite...si chaque euro compte pour vous, le label Crucial a peut être une chance de vous décider, en toute connaissance de cause bien sûr.

alt alt

fleche Prix
fleche Toujours plus rapide qu'un disque mécanique en 10.000 tpm
fleche NAND MLC Intel / Micron

fleche Performances nettement en retrait face aux SSD cuvée 2011 / 2012
fleche Suivi du contrôleur Phison (?)
fleche TRIM, MTBF où êtes-vous ?

Share