in

Boîtier Aerocool Dead Silence Cube : Test et Avis

aerocool

De notre aveu, Aerocool sort avec ce Dead Silence Cube du chemin qu’il avait lui-même tracé, celui-là même à l’intérieur il était cantonné, c’est-à-dire des boîtiers d’entrée voire moyen de gamme,spécialisés dans le Gaming et dans l’excentricité visuelle (d’aucuns pourront parler d’agression au lieu d’excentricité, mais c’est un point de vue qui n’engage qu’eux).

Ceci étant, Aerocool nous donne l’impression de clairement vouloir rompre avec cette « tradition » en proposant ce Dead Silence Cube, toujours orienté Gaming (ne dit-on pas « Chassez le naturel et il revient au galop » ?) mais micro ATX/mini ITX, confondant de sobriété (au moins la version intégralement noire que nous avons reçue, qui prend place au sein d’un panel de couleurs plus riche qu’un arc-en-ciel …).

Difficile dès lors de ne pas comparer ce Dead Silence Cube aux Colossus Mini et Cooltek W1 qui, même s’ils ne s’adressent pas au même facteur de forme et donc pas aux mêmes besoins, sont conçus autour d’un design compartimenté et se situent tous trois dans une tranche de prix tous deux assez similaires.

Nous avons donc soumis le Dead Silence Cube à la même méthode de test que toutes les autres tours avant elle, en commençant par montre notre configuration de test afin d’évaluer le degré de facilité avec lequel on procède (ou pas) à la phase de montage, à quel point le Dead Silence Cube s’acquitte de sa tâche de refroidissement des composants internes et dans quelle mesure il s’en acquitte dans le silence, concrètement s’il est à la hauteur du nom qu’il porte : Silence de Mort Cube, pour finalement en tirer les conclusions qui semblaient s’imposer.

Et c’est précisément ce que nous invitons à découvrir au cours d’un test en bonne et due forme, qui commence page suivante.

aerocool

Aerocool nous a servi aujourd’hui un boîtier intégralement noir, à l’intérieur comme à l’extérieur, au design compartimenté, conçu pour les cartes-mères mini ITX et micro ATX.

Il mesure au total (tour plus son enrobage en plastique) 411 mm de hauteur sur 381 mm en profondeur sur 265 mm de large. Il se compose principalement d’acier, l’épaisseur des panneaux latéraux étant par exemple de 0.8mm mais également d’un revêtement plastique/caoutchouc qui n’est pas sans rappeler le revêtement SofTouch de Bitfénix.

aerocool

On note tout de suite sur sa façade avant deux baies externes, l’une de 3.5 pouces et la seconde de 5.25 pouces, l’essentiel de la connectivité dévolue d’ordinaire à la façade avant se trouve en fait sur la partie supérieure de la tour : deux ports USB 2 et USB 3, deux prises audio jack 3.5 mm, les deux boutons Reset et Power.

aerocoolaerocool

Mais elle comporte surtout une façade supérieure amovible et interchangeable pour une autre, pour une aération améliorée notamment. On l’avait réclamé, Aerocool l’a fait, un bon point pour le fabricant du Dead Silence Cube.

aerocoolaerocool

En ce qui concerne les options de stockage interne, le Dead Silence dispose de deux tiroirs pour unités de stockage, 2.5 ou 3.5 pouces ainsi que deux baies 2.5 pouces à côté de l’alimentation. D’autant que les baies externes peuvent être utilisées également à cet effet.

Il dispose en outre de quatre emplacements pour cartes d’extension, 32 à 35 cm d’espace disponible pour leur montage respectif.

aerocool

Son système de refroidissement consiste en un ventilateur avant de 200 mm et d’un ventilateur arrière de 120 mm, placé dans un emplacement également compatible 140 mm. On pourra toujours renforcer ce système existant par deux ventilateurs de 120 ou de 140 mm dans la partie supérieure de la tour, ainsi que les radiateurs de 24 ou de 28 cm correspondants.

L’alimentation, au format ATX uniquement, prendra place en bas de la tour et bénéficie d’un filtre amovible.

On rappellera avant de clore cette partie dédiée à la présentation de l’Aerocool Dead Silence Cube qu’il existe en de nombreux coloris et avec ou sans fenêtre de plexiglas à partir de 70 euros environ, hors frais de port éventuels.

Avant qu’on oublie, il nous reste une toute dernière chose à signaler au sujet de la qualité de construction et de la finition générale, qui sont d’un niveau sensiblement supérieur à ce à quoi nous avait habitué jusqu’à lors Aerocool.

aerocool

On commencera par signaler que la partie extérieure du Dead Silence Cube est démontable, permettant notamment d’accéder plus facilement aux façades avant et supérieure.

Nous avons ensuite placé la carte-mère déjà garnie de son processeur et de son dissipateur sur son support, qui se positionne sur ses entretoises, un système très classique sur lequel il n’y pas grand-chose à dire en définitive.

aerocool

Puis vint le tour de l’alimentation qu’il faut faire passer sur le côté pour qu’elle vienne reposer sur les quatre pieds à l’intérieur de son compartiment. Indubitablement pas le moyen d’insertion le moins alambiqué, de ce point de vue, le Colossus Mini et son support amovible pour bloc d’alimentation, simple, efficace, imparable.

On conseille d’ailleurs à ce sujet aux possesseurs d’alimentations modulaires, conseil qui est également valable pour le Colossus Mini, de placer les câbles à ce moment et non pas plus tard car le peu d’espace disponible rend la chose particulièrement pénible.

aerocool

Ensuite, nous avons placé le SSD Intel de test dans un des deux tiroirs pour disques 2.5/3.5 pouces. L’affaire de quatre vis à fixer par le dessous, enfantin. Dans le cas d’un disque 3.5 pouces, il s’agira d’ouvrir la latéralement le tiroir pour y placer le disque, refermer le tiroir afin que les ergots présents sur le tiroir l’enserrent et le tour est joué.

aerocool

Le Dead Silence Cube comporte aussi deux  baies de 2.5 pouces près de l’alimentation. On prendra lors soin de visser les quatre vis spéciales ainsi que l’œillet de caoutchouc correspondant latéralement sur le disque et on l’insèrera dans sa baie sans effort.

On poursuivra en rappelant que les deux baies internes 3.5 et 5.25 pouces du petit dernier d’Aerocool sont amovibles (mais également au passage que ce n’est pas le cas des baies internes), pour permettre le montage d’un radiateur de 24 cm et de ses ventilateurs par exemple. Quelques vis et on peut passer à l’étape suivante, le branchement des câbles en tous genres.

aerocool

Enfin, est venu le moment où il faut monter la carte graphique, qui sera fixée au châssis de la tour au moyen d’un système qui ressemble beaucoup à une herse qui viendrait se refermer sur le support PCI. De loin le système de plus réussi entre celui-ci et celui des Colossus Mini et Cooltek W1.

On soulignera également encore une fois le côté pratique de la façade supérieure amovible, qui permet un accès à l’intérieur du Dead Silence Cube par le haut, ce qui s’avère très utile dans certains cas.

En somme, un montage sans gros défauts sinon l’insertion de l’alimentation et la présence d’un unique orifice dédié au passage des câbles à hauteur de la prise 20/24 broches. Un peu léger …

Configuration :

Carte-mère MSI 890GXM-G45

Processeur AMD Phenom II x4 965 3.4 GHz

Mémoire Kingston HyperX Blu 8 Go 1333 MHz

SSD Corsair F120 120 Go

Carte graphique MSI Radeon HD 7790

Alimentation BeQuiet! Straight Power 680 Watts

+

Windows 7 64 bits Pro

OCCT

Furmark

OpenHardwareMonitor

Grâce à la liste de composants qui suit, ainsi qu’aux logiciels de benchmarking OCCT et Furmark, nous avons pu déterminer les possibilités en refroidissement du Dead Silence Cube d’Aerocool, sans oublier d’établir sa capacité à étouffer les nuisances sonores, deux des fonctions premières d’un boîtier PC. Le logiciel OCCT, lancé dans une session de trente minutes, permettra de mesurer l’échauffement du CPU ainsi que celui de la carte-mère et Furmark servira à la même chose, mais se chargera de stresser la carte graphique pendant une minute.

Nous avons également effectué les relevés des émissions sonores à 15 et 100 cm, à 7.5, 9 et 12 Volts, de la configuration entière, comprendre ventirad + carte graphique + alimentation + ventilateur(s) du boîtier, afin de déterminer si le Dead Silence Cube est à la hauteur du nom qu’il porte.

Alors s’il est un domaine pour lequel on attend de pied ferme un boîtier dont le nom comporte le mot « Silence », il s’agit bien des nuisances sonores. Et il faut dire que nous n’avons pas été déçus.

Comme vous pourrez bientôt vous en rendre compte, le Dead Silence Cube d’Aerocool est un boîtier plutôt silencieux, que ce soit de loin ou de près.

Pour mémoire, les chiffres relevés renvoient à la quantité de décibels totale produite par la configuration, c’est-à-dire les ventilateurs avant et arrière de la tour (respectivement 20 et 12 cm, 500 et 900 RPM), celui du ventirad, de l’alimentation et enfin celui de la carte graphique.

aerocoolaerocool

On note également une assez faible différence entre les valeurs relevées pour 7.5 et 9 V, la différence avec les relevés à 12 Volts étant eux par contre plus marquée.

Différence que l’on retrouvera très logiquement quasiment à l’identique dans le cas des relevés de température.

En ce qui concerne les températures internes maintenant,  comme nous l’avons fait remarquer plus tôt, le schéma général constaté lors des relevés sonores se reproduit de façon très semblable, voir notamment les relevés 7.5 et 9 Volts.

aerocool

aerocool

aerocool

En dehors de cela, du fait de la vitesse de rotation assez réduite des ventilateurs fournis avec le Dead Silence Cube, les performances en refroidissement semblent un peu en retrait. Rien que de très logique, car des ventilateurs tournant moins vite brassent forcément moins d’air  chaud afin de l’expulser hors de la tour.

Cela s’en ressent dans les performances en refroidissement, qui se montrent dans la moyenne : les composants internes sont refroidis de manière correcte, sans plus. Suffisant dans la plupart des cas, mais cela n’est clairement pas le point fort du Dead Silence Cube.

Pour répondre à la problématique que nous avons posée en introduction, il s’avère que oui, Aerocool peut faire montre d’un savoir-faire que, soyons franc, on ne lui soupçonnait pas. Comme quoi, on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise apparemment …

Il s’avère également, du fait du nom qu’il porte, nous attendions beaucoup, du point de vue sonore, du Dead Silence. Et il s’avère au final que nous n’avons pas été déçus et que le Dead Silence Cube est à la hauteur de la pression que lui a mis Aerocool en le baptisant de la sorte.

Le silence d’exécution inaugure sans conteste la liste des points forts du DS Cube, liste à laquelle on peut rajouter un montage facile, bien pensé dans l’ensemble et aussi, hmm comment dire, une sobriété générale à laquelle Aerocool ne nous avait pas non plus habitué.

Mais, au cas où, le DS Cube est disponible dans un large panel de coloris, pour certains assez voyants, ce qui devrait contenter tout le monde.

Bien sûr, le tableau n’est pas non plus idyllique, mais rien de dramatique non plus, on reprochera principalement au DS Cube son système d’insertion de l’alimentation (latéral) quand il aurait bien plus simple de la visser sur une pièce de métal à fixer plus tard sur le châssis de la tour (le système du Colossus Mini, le plus simple à notre sens) et aussi les baies internes non amovibles.

Et si les performances en refroidissement sont logiquement effectivement un peu en retrait, on rappellera que le Dead Silence n’est pas dépourvu d’autres avantages, dont une modularité des baies internes bienvenue, au moins si vous comptez monter un radiateur de 24 cm de long par exemple, un volume important qui facilite la phase de montage, ainsi qu’une façade supérieure interchangeable dans le bundle (on en rêvait, Aerocool l’a enfin fait …), une finition générale très satisfaisante etc. etc.

De ce fait, le Dead Silence Cube récolte les labels Silence et Recommandé par 59H.

Budget

Montage facile (hormis l’alimentation),
Sobriété de l’ensemble,
La façade supérieure interchangeable,
Silence,

Système de fixation de l’alimentation,
Performances en refroidissement (un peu) en retrait.

Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0