in

Boîtier Cooltek W1 : Test et Avis

Cooltek, qui nous avait laissé une très bonne impression avec le premier boîtier que nous ayons testé, appartenant à sa gamme élaborée conjointement avec le fabricant chinois Jonsbo, revient aujourd’hui avec le W1

C’est un boîtier lui aussi au format mini ITX mais de taille sensiblement plus imposante que l’U1, composé d’aluminium, auquel nous faisions référence plus tôt. Evidemment, bien que les deux boîtiers partagent la même filiation et le même format de cartes-mères, les deux ne s’adressent ni au même public, ni ne répondent aux mêmes besoins.

D’un côté, le U1 qui se destine aux HTPC de faible puissance (et donc à faible dégagement de chaleur) et de l’autre le W1 de taille sensiblement imposante (à rapprocher de celle du Colossus Mini par exemple), destiné à s’acquitter d’une configuration mini ITX puissante, dédiée ou non au jeu vidéo, le tout avec des options de refroidissement nécessairement plus poussées.

Capacité de refroidssement que nous avons mise à l’épreuve de la même manière que celle des autres tours, avec les benchmarks OCCT et Furmark en tête, tout en s’attachant également à déterminer la facilité avec laquelle on monte (ou on ne monte pas) une configuration et également nosuavons tenté de déterminer dans quelle mesure ce W1 est silencieux.

Et c’est ce que nous vous invitons à découvrir dès la page suivante.


cooltek

Le W1 de Cooltek est, comme nous venons de le faire remarquer, un boîtier exclusivement conçu pour cartes-mères mini ITX, mais de taille pas vraiment compacte. On est en effet bien plus proche d’un Colossus Mini ou d’un Prodigy de Bitfenix (auxquels on ne manquera pas le comparer tant les designs internes sont proches) que d’un Streacom FC8 Evo par exemple …

Ceci étant, le W1 se compose à la fois d’acier, le châssis et globalement toute la partie interne, alors que les panneaux latéraux, avant et supérieur sont constitués quant à eux d’aluminium les panneaux gauche et supérieur incluant des évents pour une meilleure ventilation).

cooltek

Outre cela, il s’avère qu’ils sont tous quatre entièrement amovibles, un peu à la manière de ce que propose le Lian Li PC-V360, avec ses panneaux détachables.

Il mesure 356 mm de hauteur sur 242 mm de largeur et 362 mm de profondeur et pèse environ 5.8 kg.

cooltek

Il dispose dès sa sortie d’usine de deux ventilateurs de 140 mm, l’un à l’arrière et l’autre à l’avant, dont seul le premier peut être remplacé par un modèle de 12 cm (et le radiateur correspondant) et comporte deux derniers emplacements 12/14 cm dans sa partie supérieure.

cooltekcooltek

Sur sa façade avant, on note une unique baie pour unité optique Slim Slot-in, tandis qu’à l’intérieur on dénombre deux baies dédiées 2.5 pouces et quatre baies dédiées 3.5 pouces. Ces dernières sont autant de tiroirs et constituent un tout inamovible.

Les emplacements 2.5 pouces sont quant à eux placés à côté de l’alimentation, dans le compartiment inférieur qui lui est réservé, l’une de causes de la ressemblance entre les cubes made in Cooltek et Bitfenix. L’alimentation bénéficie en sus d’un filtre à poussière amovible et lavable.

cooltek

Le W1 propose également sur sa façade arrière un interrupteur à trois positions, qui sont autant de réglages de vitesse pour les quatre ventilateurs au total qu’il est possible de brancher, alimenté par une simple prise SATA.

Ceci dit, alors qu’on s’attend à trouver, par la force du formatage de l’habitude sûrement, le réglage intermédiaire ne se trouve pas au milieu mais en haut, alors que le réglage faible (pour lequel il ne  se passe rien, la tension devant être trop faible pour lancer les deux ventilos de 14 cm) se trouve au milieu et le réglage maximum en bas.

cooltek

Enfin, le W1 repose sur quatre pieds de caoutchouc.


cooltek

Comme nous l’avons écrit plus haut les différents panneaux du W1 sont amovibles. Cela se traduit concrètement par un accès total ou presque à l’intérieur de la tour. Ainsi, on ôte tout d’abord les deux panneaux latéraux, puis le panneau supérieur avant de s’attaquer finalement au panneau avant.

cooltek

A ce stade du test, difficile de passer outre la question de la ressemblance avec les deux boîtiers Bitfenix Colossus Mini et Prodigy. Et il est vrai que les ressemblances sont nombreuses (options de cable management par exemple), comme il est tout aussi vrai qu’il est tout de même certaines différences.

cooltek

Notamment au niveau de la séparation interne des composants, le W1étant compartimenté. Comprenez par là qu’il est divisé en deux parties verticales distinctes, l’une englobant l’alimentation et les deux baies 2.5 pouces et l’autre regroupant la carte-mère et éventuellement une carte-fille, ainsi que les quatre baies pour HDD de 3.5 pouces et  la baie externe de 5.25 pouces.

cooltek

Bref, nous avons commencé par placer la CM sur son support puis l’avons vissée sur ses entretoises. Et ce fut l’occasion de mettre le doigt sur le principal défaut, à notre sens, du W1, l’inamovibilité de la cage à disques durs 3.5 pouces (au contraire du support de la baie externe 5.25 pouces, sept vis) qui gêne le montage interne tout autant qu’il réduit l’impact du flux d’air créé à l’intérieur de la tour.

cooltek

En ce qui concerne les limitations internes, leW1 se rit. En effet, alors que l’alimentation comporte un espace en longueur de 18 cm en longueur avant de toucher le premier emplacement 2.5 pouces et la carte graphique dispose de 32 cm de long avant que de n’entrer en contact avant le ventilateur avant, le ventirad profite quant lui de très larges 21.5 cm en hauteur, bien plus que dans bon nombre de tours au format ATX.

cooltek

Alors avec ça, le montage des derniers composants internes, alimentation, carte graphique et SSD en tête, ne pose pas réellement de difficulté. On se doit toutefois de positionner l’alimentation par l’intérieur (et non pas sur son support externe comme le Colossus Mini notamment) avant de visser le SSD de notre configuration de test par le dessous. La carte graphique venant se positionner à son tour elle aussi par l’intérieur et est fixée par l’extérieur, grâce à un système de herse et de vis.

cooltekcooltek

En résumé, pas de faux pas majeur, le montage s’est passé en douceur et sans difficulté excessive, l’ample espace intérieur et le fait de pouvoir y accéder non seulement par les côtés amis aussi par le haut, n’y sont certainement pas étranger.


Dans cette partie consacrée aux défauts du W1 (qui ira vite, rassurez-vous), on retiendra surtout l’inamovibilité de la cage à disques durs 3.5 pouces qui entrave le flux d’air interne en plus d’amputer une partie de l’espace intérieur, sur laquelle on s’est déjà étendu et sur laquelle il est inutile de revenir plus en avant.

cooltek

Des vis à la place des rivets pour la fixation de la dite cage dans une prochaine version ?

On notera la tenue toute relative de la peinture, défaut récurrent également présent sur le U1 précédemment testé.

Pour en finir avec ce chapitre, on ajoutera que comme souvent, le choix d’un lecteur optique (marginal) au format Slim (encore plus marginal) Slot-In (difficile de faire plus confidentiel et aussi plus cher au passage …) ferme plus de portes qu’il en ouvre.

Processeur Intel Core i5-3550S

Ventirad Prolimatech Samuel 17 + ventilateur Enermax

Carte-mère Asrock B75 mini ITX

Mémoire vive Kingston 1333MHz HyperX Blu 8 Go

Carte graphique MSI Radeon HD 7790

SSD Corsair F120 120 Go

Alimentation Be Quiet! Straight Power 680 Watts

Windows 7 64 bits Pro

OCCT

Furmark

OpenHardwareMonitor

Grâce à la liste de composants qui suit, ainsi qu’aux logiciels de benchmarking OCCT et Furmark, nous avons pu déterminer les possibilités en refroidissement du W1 de Cooltek/Jonsbo, sans oublier d’établir sa capacité à étouffer les nuisances sonores, deux des fonctions premières d’un boîtier PC. Le logiciel OCCT, lancé dans une session de trente minutes, permettra de mesurer l’échauffement du CPU et Furmark servira à la même chose, mais se chargera de stresser la carte graphique pendant une minute.

Désirant également mettre à l’épreuve la solution de refroidissement d’usine, nous avons effectué les relevés des émissions sonores à 15 et 100 cm, à 7 et 12 Volts, les ventilateurs de 14 cm du Cooltek, comme a priori à peu près tous les ventilateurs de 14 cm normalement constitués, ne se lancent pas à 5 Volts.

Comme d’habitude, nous avons soumis à la même batterie de tests, OCCT et Furmark, pour en retirer un avis, mais il s’est avéré que les ventilateurs (de 14 cm) fournis avec le W1 ne fonctionnent pas quand réglés sur la vitesse minimale grâce à l’intérrupteur trois positions situé à l’arrière de la tour (rien que de très normal pour des ventilateurs de 14 cm) et c’est pour cela que nous sommes dans l’impossibilité de vous proposer les relevés correspondants.

cooltek


cooltek

cooltek

Ainsi, nous avons toutefois pu établir que la majorité des composants se montre dans les faits refroidis de manière satisfaisante par le flux d’air créé par les deux ventilateurs de 14 cm fournis par Cooltek dès la sortie d’usine, flux d’air interne d’un W1 qui gagnerait pourtant, on en reste persuadé, à être équipé d’une cage à disques durs 3.5 pouces entièrement amovible (à l’image du Colossus Mini par exemple).

Comme vous le voyez également grâce aux graphiques, la linéarité des courbes retranscrit bien la montée en puissance du système de refroidissement, certaines fois occasionnant une baisse marquée (la carte-mère) ou dans certains autres cas non (la carte graphique notamment).

 cooltekcooltek

 cooltekcooltek

On constate que le W1 s’avère relativement silencieux, un peu moins que le Colossus Mini à configuration presque égale, mais le charme se dissipe définitivement une fois les deux ventilateurs réglés au maximum de leur capacité. Fort logiquement d’ailleurs, le bruit produit par les turbines fonctionnant au maximum peut assez vite se montrer fatiguant apparaissant bien en évidence sur les relevés. Toutefois, de près et au repos, le W1 se montre silencieux, ce qui avec un peuchance, sera le cas de votre PC la majorité du temps.

Bien qu’assez en retrait par rapport aux performances en la matière du Colossus Mini auquel il est difficile de ne pas le comparer, la partie sonore du W1 se situe au final dans la norme, en tout cas bien suffisamment pour ne pas être un défaut, juste moyenne en fait.

Maintenant que nous sommes arrivés au terme de ce test, reprenons-en les moments principaux. Nous avons tout d’abord établi que la phase de montage du W1 se montre dans l’ensemble à la fois facile et simple d’accès, tout en émettant une réserve quant à la cage à disques durs 3.5 pouces inamovible, qui influe négativement sur le flux d’air interne et qui pourra de plus gêner certains opérations de montage. Ceci dit, il s’agit du seul gros défaut du W1 à notre sens, qui peut de plus être facilement corrigé lors d’une éventuelle V2, par l’emploi de vis et non de rivets par exemple.

Ensuite, nous tenons pour acquis que le W1 dispose de capacités de refroidssement tout à fait satisfaisantes (bien que sûrement un peu perfectibles, voir plus haut) et propose des nuisances sonores contenues dans la moyenne de ce qui se fait dans le genre, ni vraiment mieux, ni vraiment pire, juste dans la moyenne.

Parmi les autres (petits) défauts, on pourra citer la peinture qui manque de tenue, surtout autour des vis, défaut également récurrent au U1, ainsi qu’une orientation lecteur optique Slot-in uniquement qui ferme au final plus de portes qu’elle n’en ouvre.

Quoiqu’il en soit, le W1 de Cooltek se montre quand même une alternative crédible au Colossus Mini et également au Prodigy, d’autant que l’emploi de l’aluminium et son prix relativement attractif de 89.99 et 94.99 euros TTC sans et avec fenêtre latérale, avant de recevoir les labels performances et recommandés par 59Hardware.

cooltekcooltek

alt alt

flecheChoix de l’aluminium,
flecheMontage parmi les plus faciles,
flechePerformances satisfaisantes,

flecheCage à disques durs 3.5 pouces inamovible,
flechePeinture assez fragile par endroits.

Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0