Mercredi, 16 Janvier

Dernière mise à jour16/01/2019 07:16:42 AM GMT

Vous êtes ici Accueil

Comparatif de mini boîtiers

Envoyer Imprimer
 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Introduction

Le mini-boîtier est un format qui intéresse, longtemps limité par des composants le cantonnant à un usage bureautique, il s’ouvre au ludique. Les gamers itinérants commencent à l’apprécier également du fait de sa compacité et de son adaptabilité aux périphériques standards. Et les cartes mère me direz-vous ? Ca vient ! Elles intègrent les derniers chipsets en vogues et certains fabricants envisagent même du SLI ou du CrossFire sur leurs cartes micro-ATX. Pourquoi hésiter…

Cliquez pour agrandir l'image

Les modèles testés ce jour sont :

A+ Blockbuster Storm, 68.00 €,
Apevia X-QPack2, 84.00 €
MaxInPower M-Cube, 71.00 €
Silverstone SG02, 95.00 €

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}
Cliquez pour agrandir l'image

Les protocoles de test

Le protocole du test de refroidissement :

Nous allons utiliser la configuration suivante :

Processeur : Amd Athlon 4600+.
Ventirad : Akasa, similaire au modèle livré d'origine..
Carte mère : MSI K9AGM3.
Mémoire : Crucial anniversary 1Go.
Carte graphique : Palit Radeon X1950GT
Disque dur : Maxtor 160 Go Sata.
Alimentation : Silverstone ST50EF, 500 watts.

Les tests seront effectués suivant la configuration :

Conf1 : Le processeur est cadencé à 12 x 200 soit 2400 Mhz à 1.3 volts, la Radeon X1950GT est cadencé par défault à 500/600 Mhz.
Conf2 : La Radeon X1950GT voit ses fréquences de fonctionnement portées à 547/648 Mhz,

Nos mini-boîtiers sont testés dans un premier temps en version de base, donc sans ventilateur additionnel, pour bien juger la prestation de base. La seconde partie des tests nous ajoutons les ventilateurs optionnels, dans notre cas, les emplacements disponibles sont réduits en nombre, suivant les boîtiers, et en taille, 2 x 80 mm maximum.

Nous avons pour cela utilisé 2 modèles :

Coolink SWIF-802, un 2000 tr/min ayant un CFM de 19 et 19 dB(A) en nuisances sonores.
Apevia CF4SL-UBL, donné pour 2600 tr/min avec un CFM de 25.64 et 22.05 dB(A). Il est illuminé en bleu, l’ensemble est réactif aux UV, mais tout cela est secondaire…

Test de refroidissement :

La mise en température sera effectuée avec Cpu Burner sur chaque core du processeur et conjointement, AtiTools en mode Scan pour artefact, (réglage à fond). La durée du test est de 30 minutes, comme d’habitude, les valeurs les plus élevées seront retenues.

Les nuisances sonores :

2 mesures seront faites sur le devant du boîtier à 15 cm et à 1 mètre.

Le test d'intégration :

Nous jugerons par le biais de ce test de la facilité de montage d'une configuration complète. La classification se fait du plus rapide et facile 5 clés, au plus long et compliqué 1 clé…
{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

A+ Blockbuster Storm

Cliquez pour agrandir l'image

A+ Case est une marque issue du groupe MaxPoint en Allemagne. Sa destination est la commercialisation de boîtier pc, 16 produits composent la gamme qui couvre le format tour et un HTPC. Les formats tours sont assez impressionnants, A+ Case ayant opté pour des ventilateurs monstrueux de 250 mm sur une bonne partie de la gamme. Pour les mini boitiers deux bases sont présentent :
Blockbuster, en version BAW les parois latérales sont agrémentées de plastique transparent. Le BA, elles sont obturées, le Storm est un BAW surmonté d’un ventilateur de 250 mm.
Blockbuster II, mini-boitier en 2 parties, très proche d’un média center de part sa finition.
Le modèle que nous testons ce jour est le Blockbuster Storm.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Spécifications :

Modèles : A+ Blockbuster Storm
Format carte mère : micro-ATX
Matériaux façade : Plastique.
Matériaux châssis et panneaux : aluminium, 1mm.
Alimentation : Format ATX.
Emplacement ventilateur avant : 1 x 80 mm (non livré).
Emplacement ventilateur arrière : 1 x 120 mm fourni, éclairage bleuté.
Emplacement ventilateur dessus  : 250 mm fourni, éclairage bleuté avec variateur.
Emplacement 5 ¼ : 2 externes.
Emplacement 3 ½ : 1 externe et 2 internes.
Emplacement carte PCi filles : 4.
Ports façade : 1 Firewire, 2 USB 2.0 et 2 entrées/ sortie audio.
Montoring en façade : une sonde de température, cordon longueur 45 cm environ..
Dimensions Hauteur: 220, Largeur : 284, Profondeur : 385 mm.
Poids : 2.94 Kg.
Prix moyen (hors transport) : 68 €, garantie 1 an

Composition du bundle :
Le boîtier.
1 bracket PCI d'obturation, un back panel.
1 mini haut parleur
Visserie, adhésif pour la sonde, notice en anglais.

Présentation :

Il adopte une forme classique pour les mini-boîtiers, la façade est en plastique noire brillante, attention aux traces de doigts! La partie supérieure comporte les 2 emplacements 5 ¼, en dessous le panneau de commande du Blockbuster Storm.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

On y retrouve les poussoirs marche/ arrêt et les témoins de fonctionnement, sur la gauche les entrées sortie audio, 2 ports USB et un FireWire. Le point particulier est constitué par un afficheur digital, ce boîtier est livré avec une sonde de température à positionner ou bon vous semble. A sa droite, l’emplacement 3 ½ externe.

De part et d’autre du panneau de commande, la sacro sainte poignée de transport commun à plusieurs modèles de ce comparatif. Les panneaux latéraux droite et gauche sont équipés d’une fenêtre en plastique transparent.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le dessus de notre Blockbuster comporte un ventilateur de 250 mm par 2 cm illuminé en bleu. Inséré dans sa bordure un variateur permet de réguler sa vitesse. Aucune indication de vitesse le concernant ne nous a été fournie, son branchement passe par une prise Molex, le sens de rotation n'est donc pas gérable, il souffle vers l'intérieur du coffret. Les pales ne possèdent pas une très grande inclinaison, le débit risque donc d'être relativement limité et la pression statique faible.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le panneau arrière ressemble à certains autres boitiers de notre plateau. L’emplacement de l’alimentation occupe une grosse parte de la largeur de notre Blockbuster Storm, le solde correspond au ventilateur d’extraction de 120 mm. Au dessous, classiquement implantée la back panel de la carte mère et les emplacements cartes filles. A noter les nombreuses aérations sous le ventilateur pour favoriser la circulation du flux.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

L’intérieur :

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Une vis à déposer pour faire glisser le dessus vers l’arrière. Cela libère ainsi les 2 panneaux latéraux qui ne sont qu’emboités. Notre A+ Blockbuster Storm est entièrement en aluminium 10/10e , si le poids et la dissipation thermique y gagnent, pas franchement la rigidité. Les parois ne se montent que par emboitement et le dessus également, qui dit emboitement dit jeux fonctionnels et cela se sent. Ce n’est pas la seule vis, commune à l’alimentation, qui peut rigidifier un tel châssis.
L’intérieur est très propre, sur l’arrière nous découvrons l’emplacement de l’alimentation, le ventilateur de 120 mm et en dessous, le « tiroir » de montage de la carte mère avec le back panel.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Sur l’avant les 2 emplacements 5 ¼ et le 3 ½ externe. Les disques durs prennent place sur un berceau amovible en position verticale, il est solidaire au moyen de vis d’une des 3 barres de renfort qui traversent le coffret sur toute sa profondeur. Les deuxième et troisième barres se positionnent côté gauche, celle du centre supporte l’alimentation et la cage des lecteurs optiques et 3 ½ . La dernière est une simple tige qui renforce la fixation du bloc. Nous notons la façade perforée mais surtout un emplacement pour un ventilateur de 80 mm à la base. Il n’est pas livré, mais rien ne vous empêche d’en rajouter un. Nous découvriront sur d’autres modèles qu’il est fourni, mais pas le ventilateur de 250 mm… Ce dernier est intéressant puisque son branchement est indépendant du variateur et s’effectue par le bais d’une Molex, rien n’empêche donc de brancher aussi les autres ventilateurs de ce boîtier sur ce variateur. Attention toutefois à la puissance absorbée par les ventilateurs !

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le circuit du flux est assez particulier, point de ventilateur d’aspiration basse mais le ventilateur du dessus qui souffle vers le bas. L’évacuation est prise en charge par le ventilateur de 120 mm et l’alimentation. En imaginant les différents éléments montés, à savoir le bloc et le lecteur optique, la première réflexion qui vient en tête et de se dire que le flux va diablement avoir du mal à descendre jusqu’à la carte mère tant les obstacles vont faire chuter son débit. Mais cela nous le vérifierons lors des tests de températures.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

 

Cliquez pour agrandir l'image La ligne est agréable, certains n’apprécieront pas l’excroissance occasionnée par le ventilateur de 250 mm. L’intégralité du Blockbuster Storm bénéficie d’une finition miroir du plus bel effet, mais gare aux rayures et trace de doigts. Nous n’avons pas testé la résistance de la poignée mais, à priori même si elle paraît légère, elle s’est montrée apte à supporter le poids de notre configuration. Le Storm n'est pas très rigide, son châssis est léger et laisse une impression de fragilité...

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

A+ Blockbuster Storm (suite)

 

Montage :

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

A ce niveau du montage, il convient de manier l’ensemble avec beaucoup de précaution la structure étant aussi rigide que du chewing gum. Le berceau de la carte mère est amovible, voila qui facilite grandement le montage de la carte mère. Quatre vis assurent la fixation de ce dernier sur la face arrière. Le montage de la carte mère ne pose pas de soucis particuliers, l’ensemble étant accessible.
Le montage de la carte graphique et surtout sa fixation sur le panneau arrière du berceau tend à le rigidifier. Pour la longueur de la carte, pas de limitation, nous disposons de toute la profondeur du boîtier.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Au niveau du système de refroidissement, inutile de sortir le GeminII, ni le Noctua NH-U12F ou P. Vous devrait vous contenter d’une hauteur de 7 cm au dessus du CPU, suffisant pour un ventirad box et pour des modèles spécifiques pour petits boîtiers.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les disques durs sont montés sur un berceau amovible derrière la façade avant. Deux emplacements, soit 8 passages de vis sont prévus pour leurs fixations. Nous pourrions regretter l’absence d’un système anti vibratoire dans la mesure où il n’y a pas grande contraintes de dimensionnement du support en hauteur. Les lecteurs optiques s’installent de façon très classique par vissage latéral, tout comme l’emplacement 3 ½ externe en dessous.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

L’alimentation rentre sans soucis, la profondeur maxi est d’environ 18 cm, elle repose sur la barre de renfort centrale et sur une tige coté gauche traversant tout la profondeur du boîtier. Cette dernière joue le rôle de raidisseur et tente d’apporter au boîtier un semblant de rigidité.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Résultats des tests

Les tests seront effectués suivant la configuration suivante :
Conf1 : Amd Athlon X2 4600+, cadencé à 12 x 200 soit 2400 Mhz à 1.3 volts, la Radeon X1950GT à 500/600 Mhz.
Conf2 : idem Conf1 mais la Radeon X1950GT est cadencée à 547/648 Mhz.
Les 2 mesures de nuisances sonores seront faites, sur le devant du boîtier fermé à 15 cm et à 1 mètre.

Les températures, les nuisances sonores.

Ci-dessous, un graphique représentant les résultats sous forme de tableau et de graphique. les relevés ont été effectué avec le ventilateur de 250 mm à la position minimum et maximum. Le tableau reprend les valeurs relevé avec la température ambiante précisé, le graphique indique les deltas.

Cliquez pour agrandir l'image

Test d'intégration :

Cliquez pour agrandir l'image

Notre note sera de 3/5.

La notice n’est pas traduite et se montre très succincte, c’est en fait celle du Blockbuster de base. Aucune indication sur le ventilateur de 250 mm qui comporte malgré tout plusieurs connecteurs. Les capots ne sont pas aisés à remettre, il convient de ne surtout pas forcer sous peine de tout fausser… La fixation du capot supérieur par une seule vis, qui plus est, est commune à l’alimentation n’est pas suffisante pour rigidifier l’ensemble.

Conclusion :

Cliquez pour agrandir l'image

Sur un point de vue refroidissement, il se débrouille plutôt bien. Les variations de température se situent entre 1 et 2°C selon la position du variateur du ventilateur de 250 mm. Elles sont relativement faibles du fait de la constitution d'un très sérieux écran par le lecteur optique et l’alimentation sur la moitié de la surface environ.
La carte graphique n’est pas vraiment à la fête, le ventilateur de 250 mm peine à lui fournir un flux pour son refroidissement, qui plus est la paroi à proximité est occultée par du plastique. A ce niveau de la prestation de base, l’ensemble est sonore…
Avec le ventilateur de 80 mm en aspiration basse, la carte graphique respire un peu mieux mais demeure au niveau le plus élevé de notre comparatif.
Les très bonnes surprises sont en provenance du processeur et de la carte mère, visiblement la combinaison des flux leur profite. Le disque dur vu son positionnement reste au même niveau. Par contre le niveau sonore s’en ressent, pour devenir clairement audible et donc bruyant.

Cliquez pour agrandir l'image

Techniquement parlant, le boîtier repose sur une base bien connue, puisque sur 4 produits 3 possèdent le même châssis. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils souffrent d’une absence totale de rigidité. Le système de fermeture repose sur 3 panneaux emboîtés, une seule vis verrouille le panneau supérieur. C’est nettement insuffisant pour rigidifier un châssis… en chewing gum.

Le look est agréable et se montre assez classique, la finition de la façade est des panneaux est de bonne facture. Son prix moyen est de 68 €, c’est le moins coûteux de ce premier volet de notre comparatif de boîtier format cube. Par rapport aux autres, le prix nous apparaît comme correct…

Intégration aisée du matériel.
Design réussi
Discrétion du modèle de base.
Rigidité boîtier assemblé.
Fragilité des panneaux.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

 

Apevia X-QPack 2

Cliquez pour agrandir l'image

Apevia est une société américaine implanté en Europe en Suède. Sa gamme de produits est constituée de boîtier essentiellement mais aussi d’alimentations et d’accessoires.
La majorité des boitiers sont pré tunés et arborent des couleurs assez inhabituelles telles que rouge, jaune ou vert. Des produits plus classiques sont également présents comme les séries B2KL ou Dreamer.
Pour ce qui nous intéresse dans le cadre de ce comparatif, les mini-boîtiers, Apevia n’est pas un inconnu. Il se nommait auparavant Aspire et commercialisait le très célèbre X-QPack, nous avions déjà testé ce produit au sein de notre précédent comparatif. Nous allons aujourd’hui nous intéressé à la 2e version de ce « cube », le X-QPack 2.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Spécifications :

Modèles : Apevia X-QPack 2
Format carte mère : micro-ATX
Matériaux façade : Plastique.
Matériaux châssis et panneaux : aluminium, 1mm.
Alimentation : Format ATX.
Emplacement ventilateur avant : 1 x 80 mm (non livré).
Emplacement ventilateur arrière : 1 x 120 mm fourni, éclairage bleuté.
Emplacement 5 ¼ : 2 externes.
Emplacement 3 ½ : 1 externe et 2 internes.
Emplacement carte PCi filles : 4.
Ports façade : 1 Firewire, 2 USB 2.0 et 2 entrées/ sortie audio.
Montoring en façade : 2 sondes de température, (CPU et HDD), cordons longueur 35 cm environ.
Dimensions, Hauteur : 228 mm, Largeur : 284,mm, Profondeur : 373 mm.
Poids : 4.9 Kg..
Prix moyen (hors transport) : 84.00 €.

Composition du bundle :
Le boîtier.
2 brackets PCI d'obturation, un back panel.
Visserie, 2 colliers, notice en anglais.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Présentation :

L’évolution par rapport à la 1e version la plus visible est sans nul doute la façade. D’un design plutôt classique, elle s’est modernisée. Exit le bloc de commande bien délimité par une couleur noire, il est incorporé directement en bas de la façade avant. Il comporte les boutons et témoins classiques de fonctionnement, les entrées/sorties audio et les USB et l’IEE1394 se positionnent sur la gauche. La poignée plastique a été remplacée par un profil rond chromé et cintré. Voila qui rassure, la précédente nous était apparue légère, bien que sur un critère purement esthétique la nouvelle n’est pas un modèle d’intégration.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Nous retrouvons notre afficheur digital, monitorant le processeur et le disque dur par le biais de 2 sondes. Juste à coté, l’emplacement 3 ½ externe. Les baies 5 ¼ sont au nombre de 2 est occupe le haut de la façade. Cette dernière possède latéralement des ouvertures arrondies occupées par de l’iron mesh, (métal déployé), leurs fonctions est d’assuré l’entrée du flux dans le boitier. La finition de la façade est plutôt satinée donc pas de nettoyage quotidien pour lutter contre les traces de doigts. A noter également le choix en coloris très large donc un nommé « Camouflage », idéal pour passer inaperçu en Lan party…

Cliquez pour agrandir l'image

Le capot couvrant notre X-QPack 2 est en forme de U inversé et regroupe donc les panneaux latéraux et le dessus. Les 3 surfaces sont en partie occupés par du plastique translucide laissant apparent les entrailles de notre boîtier. Les deux « côtés » présentent des aérations à proximité de la façade.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Il a pris de l’embonpoint, 373 mm de profondeur au lieu de 350 mm, cela permet un plus grand choix d’alimentations adaptables.

La partie arrière est classique, alimentation en haut, ventilateur de 120 mm à coté, la partie basse accueille la Back panel et les 4 emplacements pour les cartes filles PCI. Le dessous reçoit 4 tampons antivibratoires.

L’intérieur :

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Comme précité, le capot est en U à l’envers, 3 vis sont nécessaires pour le déboiter vers l’arrière, il constitue l’élément le plus important pour bien rigidifier le châssis. A l’opposé du Blockbuster Storm qui lui se contente d’éléments séparés emboités.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Sinon, l’intérieur est en tout point identique au Blockbuster Storm. Nous retrouvons donc les 3 renforts longitudinaux servant également de support à la cage des lecteurs 5 ¼ et du 3 ½ externe. Le support pour les 2 disques durs se trouve sur le coté gauche derrière la façade. L’alimentation repose sur le renfort central et se fixe classiquement sur la face arrière.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le circuit du flux est traditionnel, une aspiration basse effectuée par le ventilateur de 80 mm et une extraction haute pris en charge par le ventilateur de 120 mm et l’alimentation. A noter que l’alimentation se situe juste au dessus de la carte graphique, intéressant pour sa dissipation. Le processeur, pour sa part, bénéficie du flux généré par le ventilateur de 80 mm relayé par le 120 mm. C’est un schéma classique mais adapté au format particulier de notre boîtier X-QPack 2.

Cliquez pour agrandir l'image Le look n’est pas désagréable, le restyling est plutôt réussi, sauf peut être la poignée façon « industrielle» qui dénote par rapport à la façade.
Les matériaux sont de bonne qualité, la rigidité du boîtier monté est très correcte pour un «tout alu».

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Apevia X-QPack 2 (suite)

Montage :

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

A l’instar du Blockbuster Storm, le montage ne présente pas de problèmes majeurs. Les mêmes précautions quand à la manipulation du berceau de la carte mère sont à prendre. A noter que 2 vis seules assurent la fixation de ce berceau sur le châssis, il ne faut pas s’énerver dessus, idem pour les vis. Un filetage dans une plaque d’aluminium de 10/10 e ne possède pas la même résistance mécanique que dans de l’acier. De plus il ne supportera pas un nombre infini de vissage/dévissage.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

La carte graphique assure, en plus de sa fonction primitive, le rôle de renfort pour la zone cartes filles PCI. Les emplacements de vissage de l’alimentation sur la partie arrière sont un peu approximatifs, nous avons du forcer légèrement pour fixer correctement le bloc. Une fois monté, il repose sur le support central mais aussi sur la tige de gauche.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les lecteurs optiques se fixent de façon classique, aux endroits prévus à cet effet. La cage des disques durs prend place devant les accès aux vissages de ces lecteurs optiques, il convient donc de monter ces derniers au préalable.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les 2 sondes sont repérés CPU et HDD, pour la 1e, l’idéal est de la monter le plus prés possible de la base du ventirad, nous l’avons glissé entre les ailettes tout en bas du refroidisseur. La seconde peut se positionner comme sur la photo, un petit morceau de scotch assurera son maintien. Au dos de l’afficheur, derrière la façade, un petit inverseur permet d’afficher soit des degrés Celsius ou des degrés Fahrenheit, pour la France, il est réglé sur les degrés Celsius.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le refroidisseur ne saura excéder 70 mm de hauteur, car la barre de renfort de droite passe au dessus. Les plus habiles bricoleurs seront tenter de jouer de la Dremel, c’est tout à fait possible puisque la partie à ôter se situe approximativement dans un passage de câbles. Mais il faut tenir compte du fait que l’ouverture sur l’arrière mesure 80 mm de haut. Il faudra donc monter le ventirad in situ, avec la carte mère en position montée, vue l’accès, pas simple. Il n’est pas possible non plus de couper cette barre de renfort, car vu la consistance du châssis, c’est courir à la catastrophe.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Lors de l’intégration du matériel, il convient également de bien étudier le passage des câbles. Dans notre cas, nous avons tous passé par le haut de façon à réduire les obstacles et donc de limiter les pertes de charge du ventilateur de 80 mm.

Pour finir la notice est en anglais, bien illustrée, et se présente sous la forme d’un petit livret.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Résultats des tests

Les tests seront effectués suivant la configuration suivante :
Conf1 : Amd Athlon X2 4600+, cadencé à 12 x 200 soit 2400 Mhz à 1.3 volts, la Radeon X1950GT à 500/600 Mhz.
Conf2 : idem Conf1 mais la Radeon X1950GT est cadencée à 547/648 Mhz.
Les 2 mesures de nuisances sonores seront faites, sur le devant du boîtier fermé à 15 cm et à 1 mètre.

Les températures, les nuisances sonores.

Cliquez pour agrandir l'image

Test d'intégration :

Cliquez pour agrandir l'image

Notre note sera de 4/5.

Le montage est identique aux modèles embarquant le même châssis, il ne pose pas de soucis particulier.
Le remontage est par contre très différent, le capot fait appel à une seule et même tôle en forme de U, elle est fixé par le biais de 3 vis, une par face. Voila qui assure une bonne rigidité à l’ensemble.

Conclusion :

Cliquez pour agrandir l'image

Il est temps de conclure sur la 2ème version de l’X-QPack. Ses capacités en refroidissement le positionnent d’emblé à la meilleure position par rapport à ses collègues. Il faut dire qu’il compte dans son équipement de base, le ventilateur de 80 mm en position aspiration derrière la façade. Le couple carte mère/ processeur en bénéficie en premier lieu.
La carte graphique, pour sa part n’est pas logée à la même enseigne, malgré les ouvertures latérales présentent sur le panneau gauche. Au plan sonore, il ne fait pas dans l’extrême discrétion en affichant un 41.5 dB(A) à 1 m. Et oui, que voulez-vous un ventilateur de 2000 Tr/min en 80 mm ça s’entend, surtout dans un boîtier aluminium et juste derrière la façade.

La qualité des matériaux est excellente, tout à fait à l’image du 1er de la série, mais surtout il ne dégage pas une impression de fragilité comme ses confrères équipés du même châssis. La raison en est due principalement à son capot en une seule pièce, verrouillable par 3 vis. Voilà qui apporte une très bonne tenue à ce châssis tout aluminium.

Sur un point de vue esthétique, nous pouvons affirmer que son design est très agréable, hormis sans doute la poignée en inox façon commode d’atelier qui défigure un peu l’ensemble. Son niveau de prix moyen se situe à 84 €, c’est l’un des plus coûteux de notre plateau, mais vu sa tenue, son allure générale et son équipement, cela peut ce concevoir.

Equipement de base complet.
Look rajeuni.
Intégration aisée du matériel.
Rigidité boîtier assemblé.
Niveau sonore un peu élevé.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

MaxInPower M-Cube

Cliquez pour agrandir l'image

MaxInPower est une marque commerciale émanant de PCA France, tout comme Heden d’ailleurs. La gamme se compose essentiellement de boîtiers et d’alimentations. Au niveau des tours, tous les formats sont représentés, moyens tours, desktops, média center et mini boitiers, 60 modèles en tout. La gamme alimentation se compose de 7 produits avec des produits allant de 300 à 1100 Watts. Nous allons aujourd’hui tester le M-Cube, il porte la référence B289CA.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Spécifications :

Modèles : M-Cube
Format carte mère : micro-ATX
Matériaux façade : Plastique.
Matériaux châssis et panneaux : aluminium, 1mm.
Alimentation : Format ATX.
Emplacement ventilateur avant : 1 x 80 mm (non livré).
Emplacement ventilateur arrière : 1 x 120 mm fourni.
Emplacement 5 ¼ : 2 externes.
Emplacement 3 ½ : 1 externe et 2 internes.
Emplacement carte PCi filles : 4.
Ports façade : 1 Firewire, 2 USB 2.0 et 2 entrées/ sortie audio.
Montoring en façade : 1 sonde de température, cordons longueur 50 cm environ.
Dimensions, Hauteur : 230 mm, Largeur : 285 mm, Profondeur : 380 mm.
Poids : 6 Kg..
Prix moyen (hors transport) : 71.00 €, garantie 2 ans.

Composition du bundle :
Le boîtier.
2 brackets PCI d'obturation, 2 back panels.
Visserie, notice en anglais.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Présentation :

Un style très épuré, c’est le concept retenu par MaxInPower, l’absence de poignée à l’avant renforce cette impression. Un bloc central composé des 2 emplacements 5 ¼ et 3 ½ externe et du panneau de commande. Ce dernier comporte les mêmes éléments que les X-QPack2 et Blockbuster Storm et pour cause. Nous retrouvons donc les boutons et voyants de fonctionnement classiques, les entrées sorties audio, les 2 ports USB et le FireWire. La finition du bloc centrall est noire brillant. Le reste de la façade se compose d'un panneau métallique collé sur un support plastique. Il n’a qu’en bas dans le prolongement du bloc central ou l’absence de plastique permet un passage de l’air. Un cerclage gris est présent en périphérie.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les bas de panneaux latéraux sont ajourés du coté droite et gauche pour favoriser l’aération du boîtier, le panneau supérieur est totalement occulté. Ils sont en aluminium laqué noir finition miroir.

La face arrière est identique à celle des X-QPack2 et Blockbuster Storm, la partie inferieure est occupée par la back panel de la carte mère et les 4 emplacements cartes filles PCI. Juste au dessus le ventilateur d’extraction haute de 120 mm et à coté, l’alimentation. En effet notre M-Cube est livré avec, elle est étiquetée PSX-A830, et est donnée pour 480 Watts en pointe et 455 en usage prolongé. Ses caractéristiques sont très classiques pour un modèle de ce genre, PFC Actif, 2 lignes en 12 v sous18 Ampères, notamment. On regrettera le manque de connecteur SATA et, dans notre cas l’absence d’un connecteur PCI-E, pour l’essai nous avons monté des adaptateurs sur Molex.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le circuit du flux et classique, il entre par la façade et les ouvertures des panneaux latéraux, la dépression est créée par le ventilateur de 120 en extraction haute et par celui du bloc d’alimentation livré. Cette dernière possède un ventilateur de 80 mm en extraction, à l’arrière, le flux pénètre donc par le biais du panneau opposé. Les ouvertures en bas des panneaux latéraux vont être d’une grande utilité pour le refroidissement de la carte graphique d’un côté et du processeur, de l’autre.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

L’intérieur :

Exactement identique à l’A+ Blockbuster Storm, le démontage s’opère de la même façon, les 2 panneaux latéraux sont simplement emboités sur le châssis. Ils sont verrouillés par le panneau constituant le dessus de notre boîtier. Ce dernier se libère en enlevant la seule vis de fixation et en le faisant coulisser vers l’arrière. Léger, car la rigidité du boîtier s’en ressent énormément du fait des jeux fonctionnels des panneaux.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Derrière la façade les baies 5 ¼ et l’emplacement 3 ½ externe, à leurs droites le support des 2 disques durs, toujours sans système antivibratoire. Dommage car l’aluminium n’est pas le matériau idéal pour limiter les propagations de vibrations. D’autant plus qu’un support plus large, incluant un produit isolant genre rondelle de silicone, n’aurait posé de soucis d’encombrements.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le châssis, une fois accessible et donc débarrassé des panneaux de fermeture, laisse une impression de fragilité. Il faut dire que des tôles d’aluminium de 10/10e ne sont pas un modèle de rigidité. La partie arrière accueille l’alimentation qui repose sur le renfort central et le raidisseur constitué d’une tige acier côté gauche. Juste en dessous la back panel et les emplacements cartes filles.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Comme les autres modèles, le berceau de la carte mère est amovible, il forme un ensemble comportant la back panel et les extensions PCI.

Cliquez pour agrandir l'image C’est la version la plus simple de notre trio construit sur le même châssis. La présentation est simple, pas de fioriture, la simplicité avec un coté «plastique» indéniable. Du coté du châssis, nous retrouvons les mêmes caractéristiques à savoir très léger dans tous les sens du terme.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

MaxInPower M-Cube (suite)

Le montage :

Pas de difficultés majeures, il faut veiller à manier le berceau avec précaution du fait de sa tendance à la déformation. La carte graphique peut être longue, jusque 30 cm pas de soucis, par contre la hauteur maxi ne peut excéder 11.5 cm, gare à certains refroidisseurs qui ont tendance à dépasser de la carte tel que les Artic Cooling Accelero par exemple. L’alimentation est juste au dessus.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les refroidisseurs du processeur est logé à la même enseigne, il est limité comme ses confrères à une hauteur de 7 cm, donc l’utilisation d’un ventirad stock ou adapté aux petits boîtiers est indispensable.

L’alimentation fournit est un petit bloc, nul besoin de le nier, il délivre 455 watts en continu. Nous l’avons rapidement testé avec la configuration embarquée :

Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Son niveau sonore reste correct pendant la durée du test, sans plus. Les chutes de tensions sont importantes en 12 V vue la petite configuration embarquée. Ca ne fait aucun doute, c’est une petite alimentation pour une configuration pas trop gourmande. Point de connecteur PCI-E, il pourrait être inclus un adaptateur.

Le bon point de cette alimentation est la longueur de ces câbles maxi 30 cm, insuffisant dans un boîtier standard mais idéal dans un mini-coffret. Il s’en suit un rangement des cordons simplifié, une limitation des torons de câbles que l’on range … où on peut. C’est un point important, car il faut toujours penser à la libre circulation du flux, cela permet de limiter les résistances au passage de l'air , ils ont pour principales effets de réduire les débits des ventilateurs. Ces réductions peuvent atteindre + de 60% dans le cas d’un boîtier très encombré, voila qui laisse à réfléchir…

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les disques durs, ne possèdent pas de système anti vibratoire, il n’y a pourtant pas de grandes limitations en encombrement. La sonde livrée possède un cordon de plus de 50 cm, de quoi la positionner ou bon vous semble. Nous conclurons avec une notice légère, un feuillet, et non traduite de l'anglais.

Résultats des tests

Les tests seront effectués suivant la configuration suivante :
Conf1 : Amd Athlon X2 4600+, cadencé à 12 x 200 soit 2400 Mhz à 1.3 volts, la Radeon X1950GT à 500/600 Mhz.
Conf2 : idem Conf1 mais la Radeon X1950GT est cadencée à 547/648 Mhz.
Les 2 mesures de nuisances sonores seront faites, sur le devant du boîtier fermé à 15 cm et à 1 mètre.

Les températures, les nuisances sonores.

Cliquez pour agrandir l'image

Test d'intégration :

Cliquez pour agrandir l'image

Notre note sera de 3/5.

Le tiroir extractible facilite grandement le montage de la carte mère et de la carte graphique. L’alimentation embarquée avec ses câbles courts facilite grandement l’agencement intérieur du boîtier. Par contre le remontage passe par l’emboitement des différents panneaux, même remarque que précédemment, ils sont à installer avec prudence et douceur tant ils sont fragiles. La seule vis de fixation à bien du mal à rigidifier le châssis, au moins 2 serait un mieux…

Conclusion :

Cliquez pour agrandir l'image

Le MaxInPower M-Cube est sans doute la version la moins élaborée de ce comparatif et pourtant… Le refroidissement souffre de l’absence de ventilateur d’aspiration comme en est équipé le X-QPack 2. Première conséquence, la température du couple carte mère/ processeur qui s’en ressent. Le bon côté est que les panneaux latéraux étant perforés en partie basse le flux est créé à partir de là, la carte graphique en bénéficie en premier lieu. Et le disque dur ? Il ne bénéficie d’aucun traitement de faveur, d’où son niveau élevé de température par rapport aux autres. L’intérêt principal de cette absence de ventilateur est bien évidemment, une certaine discrétion.

Lorsque l’on rajoute la seule option disponible, un ventilateur de 80 mm en arrière de façade, les relevés évoluent. La carte mère et le processeur voient leurs températures chuter de 8 à 10°C, pas mal… Le gain au niveau de la carte graphique atteint les 2 °C, à sa décharge, elle est assez éloignée du centre du coffret qui est le point de passage de la circulation d’air. Le revers de la médaille, nous l’avons découvert sur les autres modèles, est l’augmentation des nuisances sonores. Il atteint le niveau des X-QPack2 et Blockbuster Storm.

Le principal atout de cette version est d’offrir une alimentation, certes ce n’est pas une Enermax ni une Seasonic mais qu’importe, au pire il est possible de la changer. D’après nos observations elle peut convenir dans le cadre d’une petite configuration peu gourmande.

Sa qualité de fabrication marque le pas par rapport à ses petits frères, sa présentation est plus simple, il est un peu moins bien fini. Par contre ce qui est malheureusement commun, c’est le système de fermeture à base de panneau emboîté et verrouillé par une seule vis. Le résultat est un boîtier qui ne brille guère en termes de rigidité… Son principal atout est d’être livré avec une alimentation, le tout pour 71 €, intéressant...

Alimentation livrée.
Discrétion du modèle de base.
Intégration aisée du matériel.
Rigidité boîtier assemblé.
Fragilité des panneaux.
Finition de l'ensemble légère..

 

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Silverstone SG02

Cliquez pour agrandir l'image

Silverstone est une société multi produit que nous connaissons plutôt bien chez 59hardware par le biais de test de plusieurs de leurs produits. Alimentation, refroidissement, mais aussi et surtout, les boîtiers. La gamme est très fournie, le mot est faible, format classique, de type HTPC tout y est. Nous allons nous attacher aux mini boitiers, après les tests du SG01 et du SG03 , il est logique que nous nous attaquions au SG02.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Spécifications :

Modèles : SG02
Format carte mère : micro-ATX
Matériaux façade : Plastique.
Matériaux châssis et panneaux : aluminium, 1.5 mm.
Alimentation : Format ATX.
Emplacement ventilateur dessus : 1 x 80 mm (non livré).
Emplacement ventilateur arrière : 1 x 80 mm (non livré).
Emplacement 5 ¼ : 2 externes.
Emplacement 3 ½ : 1 externe et 2 internes.
Emplacement carte PCi filles : 4.
Ports façade : 1 Firewire, 2 USB 2.0 et 2 entrées/ sortie audio.
Dimensions, Hauteur : 212 mm, Largeur : 270 mm, Profondeur : 393 mm.
Poids : 2.6 Kg..
Prix moyen (hors transport) : 95.00 €, garantie 1 ans.

Composition du bundle :
Le boîtier.
2 brackets PCI d'obturation, visserie.

Présentation :

Notre SG02 ressemble fort au SG01, logique, c’est une évolution qui se veut plus abordable financièrement parlant, moins de 100 euros pour le SG02 contre 120 à 130 euros théoriquement pour le SG01. Mais climat concurrentiel oblige, il est possible de le trouver au même prix que le SG02, aberration totale car le SG01 se veut mieux équipé que son petit frère, bref…

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Il est disponible sous 2 couleurs, blanc et noir, la version à notre disposition est blanche, elle dénote par rapport aux autres composant de ce comparatif qui adopte une couleur plus foncé.
La façade est très dépouillée, elle est passée de l’aluminium au plastique. Elle se veut simple avec les 2 emplacements 5 ¼ en haut à droite et un bandeau couleur bronze finition miroir en bas. Cet élément dissimule en fait une partie amovible qui découvre en fait les connecteurs et témoins de fonctionnement. A noter que la manœuvre de cette plaque est amortie, pour une ouverture tout en douceur. Nous avons dans l’ordre un port IEE1394, les entrées/sorties audio, et les 2 ports USB. La partie gauche accueille les témoins de fonctionnement mais point de bouton marche/ arrêt. Il faut regarder le haut de la façade qui, sur sa partie gauche, intègre le bouton tant recherché. Il n’y a pas de 3 ½ externe, c’est un choix, après tout pourquoi pas ce format étant de moins en moins utilisé.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Les panneaux latéraux et le dessus ne font qu’un, il adopte donc un capot en forme de U inversé. Les 2 parois latérales présentent à leur base de larges ouvertures perforées, c’est le point d’entrée du flux de refroidissement. Sur le dessus deux ouvertures correspondent aux emplacements des ventilateurs d’extraction optionnels. La finition de notre capot est légèrement granité il résistera assez bien aux rayures éventuelles. L’accrochage sur l’avant et sur la périphérie s’effectue par le biais d’encoches, trois vis assurent la fixation à l’arrière.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

La face arrière présente une implantation des éléments différente des modèles de ce comparatif. L’alimentation se situe au dessus du processeur, ce qui lui permet d’être moins haut que ses confrères, 21 cm contre 24. Entre le bloc et la Back Panel un emplacement d’aération destiné à accueillir le ventilateur tangentiel de la marque, le FX121. Au dessus des emplacements cartes fille, une autre aération est présente, elle complète celle du dessus du boîtier. Le dessous de notre SG02 révèle la présence de 4 tampons anti vibratoires.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

L’intérieur :

Une fois la phase admirative passée, et oui on craque toujours face aux entrailles d’un boitier tout alu, examinons le de plus prés. L’épaisseur de la tôle utilisé est de 15/10e, un bon point pour la rigidité du châssis. Cette dernière se trouve renforcée également par l’absence de pièces amovibles telles que le support de la carte mère. Il est évident qu’un boitier alu ne brille guère par sa rigidité, il faut donc multiplier les astuces pour le renforcer. Outre l’épaisseur du matériau, les entretoises sont une des méthodes. Dans notre cas il n’y en a qu’une, en acier, très large, 50 mm, cela limite les éventuelles torsions. Elle est démontable pour faciliter l’accès au cœur de la machine. Sur l’avant elle est solidaire de la façade et des supports des baies 5 1/4. Sur la partie gauche elle supporte la plaque dédiée aux ventilateurs optionnels.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

Derrière la façade, la cage des disques durs. Deux disques peuvent être installés, un ventilateur est présent en bout pour assurer le refroidissement, il prélève le flux à l’extérieur du coffret par les ouïes d’aérations latérales. Il s’échappe par les aérations opposées pour une partie et participe à la ventilation de la carte mère et du processeur pour l’autre.

Les baies 5 ¼ présentent une structure classique en forme de U, rivetée sur la façade, un bon raidisseur ! La fixation des périphériques s’opèrent par vissage, de façon traditionnelle. Les cartes filles PCI se vissent à l’extérieur, un cache dissimule les fixations.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le circuit du flux est assez particulier, pas d’aspiration en façade, les points d’entrée sont les ouvertures latérales. Le seul ventilateur livré, en charge des disques durs, crée un flux transversal au boîtier. L’essentiel de la circulation d’air se fait donc par l’évacuation, l’alimentation en prend une partie, celle de la zone carte mère. La carte graphique bénéficie d’un traitement de faveur, elle dispose de 2 emplacements pour des ventilateurs de 80 mm. Dans le cas de notre Radéon X1950GT, le meilleur montage est de les positionner en extraction, cela crée ainsi un flux très bien renouvelé. Il est plus facile « d’extracter » un flux chaud par le haut, je sais c’est une expression digne de La Palisse, il faut donc cesser les ventilateurs en position hautes poussant le flux vers l’intérieur du coffret, c’est une hérésie dans 99 % des cas…

Cliquez pour agrandir l'image La ligne est simple et très épuré, la finition de premier ordre, c’est l’habitude chez Silverstone. Le SG02 présente une très bonne rigidité, bien supérieur à certains modèles de ce comparatif.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Silverstone SG02 (suite)

Le montage :

Bon, autant être franc, sans être un chemin de croix, il nécessite l’utilisation intensive du bon vieux tournevis cruciforme. Point de support amovible pour la carte mère, le renfort central peut être ôté si besoin est.

Cliquez pour agrandir l'image Cliquez pour agrandir l'image

Le système de refroidissement est limité en hauteur comme ses petits camarades, la hauteur maxi ne devra pas excéder 80 mm pour cause de présence de l’alimentation. Le SG02 fait partie des SFF, chez Silverstone cela signifie une ligne de produits complémentaires.

Cliquez pour agrandir l'image

En premier lieu la dissipation du processeur, commune à toute la gamme SFF, elle prévoit le NT06 en version lite, nul besoin du ventilateur, c’est celui de l’alimentation qui se charge de « tirer » le flux au travers de ce radiateur.

Le 2e produit est l’alimentation, la ST560EF-Plus SC est préconisée, pourquoi, qu’a-t-elle de spécifique ? La longueur des cordons, nous qui la critiquons presque systématiquement dans le cadre d’une utilisation boitier classique, dans le contexte d’un mini-boîtier, loger 60 cm de câble ATX, c’est chaud à placer. La ST560EF-Plus SC possède des cordons qui n’excèdent pas 375 mm, c’est beaucoup mieux que les 80 cm d’origine, elle possède les mêmes caractéristiques que la ST50EF-Plus.

Cliquez pour agrandir l'image

Le 3e produit est le ventilateur tangentiel FX121, qui parvient à se loger dans un emplacement de 130x 40.5 mm, bon le CFM n’est pas géant 14, pour 26 dB(A) annoncés.

Le dernier produit est la sacoche de transport, elle se nomme SUGO Pack. Elle permet de transporter votre SG02 ou SG01 d’ailleurs, en toute sécurité, nombreuse poches disponibles pour loger « la mouse qui va bien » et le clavier adéquat.

Dans notre test nous avons équipé notre SG02 avec la configuration témoin, mais aussi en associant le NT06. Voila qui nous permettra de tirer la quintessence de ce mini-boîtier.

La disposition des câbles est largement optimisée, l’espace carte mère/cage des disques durs peut être utilisé pour le passage des cordons SATA mais aussi des connecteurs façade, bref un rail…. L’espace du 2 e périphérique 5 ¼ peut loger le surplus de cordons en provenance de l’alimentation. Nous rappelons notre conseil, bien gérer l’agencement interne, c’est un ventilateur en moins ou, quelques précieux degrés de gagner… Mais nous aurons l’occasion de revenir sur le sujet par le biais d’un article spécifique.

Résultats des tests

Les températures, les nuisances sonores :

Les tests seront effectués suivant la configuration suivante :
Conf1 : Amd Athlon X2 4600+, cadencé à 12 x 200 soit 2400 Mhz à 1.3 volts, la Radeon X1950GT à 500/600 Mhz.
Conf2 : idem Conf1 mais la Radeon X1950GT est cadencée à 547/648 Mhz.
Les 2 mesures de nuisances sonores seront faites, sur le devant du boîtier fermé à 15 cm et à 1 mètre.
Ci-dessous, les résultats, les relevés ont été effectué avec les deux ventilateurs de 80 mm optionnels . Le tableau reprend les valeurs avec la température ambiante précisée, le graphique indique les deltas.

Cliquez pour agrandir l'image

Test d'intégration :

Cliquez pour agrandir l'image

Notre note sera de 3/5.

Il est un peu plus long que ses confrères, du fait du support de la carte mère non démontable. Nous vous conseillons de monter en premier lieu la carte mère, ensuite le disque dur et le périphérique 5 ¼ . Avant de fixer le bloc d’alimentation connecter donc l’ATX 2/4 points.
Le remontage du capot n’est pas des plus aisés, surtout si des câbles sont présents en périphérie de la carte mère côté gauche. L’ensemble une fois monté et assemblé nous donne une bonne impression.

Conclusion :

Cliquez pour agrandir l'image

Dans sa version de base, il se montre discret. Il faut préciser qu’il ne comporte pas de ventilateur d’extraction. Cela se ressent sur les températures relevées, le processeur et la carte mère ont les valeurs les plus élevées de notre plateau sans accessoires.

Dès le montage du ventilateur arrière, les choses évoluent dans le bon sens, la carte graphique et le processeur respirent beaucoup mieux, l’incidence sur la carte mère se montre plus mesurée, même chose pour le disque dur. Le rajout du ventilateur sur le dessus ne fait que confirmer la tendance précédente. Les mêmes éléments en profitent, d’autres beaucoup moins : perte de 1°C sur le disque dur et sur la carte mère.
Par contre, le revers de la médaille est un niveau sonore en hausse. Quand je dis en hausse c’est en hausse, à se poser la question de la rentabilité du ventilateur supérieur. Indéniablement, la présence d’un ventilateur en extraction arrière manque pour la zone carte mère. Seule solution le montage du FX121 pour un coût de 20 € environ en supplément….

Le châssis présente une très bonne rigidité, il est assemblé avec soin, le capot en U le renforce véritablement. La ligne générale est très simple mais de bon ton, l’ensemble est de très bonne qualité.

Comment se situe-t-il sur un plan tarifaire ? Compliqué dans la mesure où son grand frère le SG01est proposé couramment à 120 € environ, mais il est possible de le trouver ponctuellement à moins de 100 €, 99.95 € pour être précis, (à la date de parution de cet article). Le SG02 est affiché à 95 €, à ce prix, vous perdez la façade en alu et le ventilateur de 80 mm à l’arrière. La perte de ce ventilateur n’est pas gravissime dans la mesure où nous l’avions jugé plutôt bruyant lors du précédent comparatif, la façade aluminium, c’est un peu dommage. Visiblement l’un des deux n’est pas à sa place, avec un peu de chance nous trouverons le SG 02 à 80 € dans quelques temps. Quoiqu’il en soit le prix de vente est un peu élevé

Qualité de fabrication
Design sobre
Discrétion du modèle de base.
Le prix ?

 

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Récapitulatif des résultats des tests

Pour résumer les tests nous avons dressé un graphique reprenant les éléments principaux. Les relevés correspondent à la période en charge pour les températures et les nuisances sonores en Conf2, sans options. Pour plus d'informations, reportez-vous à la page test de chaque boîtiers.

Au niveau des températures, les résultats sont très différents… Malgré tout une ligne générale se dessine, les températures processeurs, cartes mères et disques durs les plus basses sont obtenues dans les 2 boitiers ayant des ventilateurs en aspiration, à savoir les Blockbuster et X-QPack2.
Pour la carte graphique, visiblement elle profite plutôt bien des simples ouvertures sur le panneau gauche du MaxInPower M-Cube, il en va tout autrement du processeur qui n’en profite pas du tout.
Le SG02, ne possédant pas de ventilateur d’extraction d’origine, souffre également de cet état. La température du disque dur est moyenne par rapport à ses concurrents, rappelons que théoriquement un ventilateur est dédié à son refroidissement.

{mospagebreak}

 Articles > Barebones, minis boîtiers
{navigation}

Conclusion

Nous voici parvenu au terme de ce premier volet de notre comparatif de mini-boîtiers. C’est un comparatif qui débute de façon quelque peut atypique sur les 4 boîtiers de ce plateau, 3 ont la même base, intéressant… Et pourtant ils embarquent chacun à leur niveau un concept de refroidissement différent dans leurs configurations de base. Si le ventilateur de 120 mm est commun au niveau de l’extraction, chaque fabricant a apporté sa « touche ».

Pour A+ et son Blockbuster Storm, pas d’aérations latérales, un énorme ventilateur de 250 mm sur le dessus qui souffle dans le boîtier.
Pour Apevia et le X-QPack2, un ventilateur de 8 cm en aspiration façade, pas de prise d’air latérale.
Pour MaxInPower et son M-Cube, la simplicité, de simples ouvertures latérales et c’est tout.

Cliquez pour agrandir l'image

Mais la personnalisation ne s’arrête pas là, structurellement parlant nous l’avons découvert, le choix des options est capital, plus il y a d’éléments amovibles, plus la rigidité du châssis s’en ressent.

La meilleure rigidité revient sans conteste à l’Apevia avec son capot en une seule pièce qui renforce véritablement une structure pas franchement rigide. Que dire alors lorsqu’une seule vis fixe le dessus du capot qui lui-même tente de maintenir les panneaux latéraux.

Le Silverstone SG02 ne souffre pas du même mal puisqu’il ne comporte que 2 pièces, le châssis et le capot. Pas de pièce emboitée, ni d’éléments amovibles, il faut rajouter également l’utilisation de tôles d’aluminium de 15/10e en lieu et place du 10/10 e. Cela fait une sacrée différence…

Bien qu’ils soient très proches, les relevés sont très différents avec l’équipement d’origine. A ce petit jeu l’Aspire X-QPack2 tire ses marrons du feu car équipé de base d’un ventilateur de 80 mm en aspiration basse. Dès qu’ils sont munis du même accessoire, les challengers rattrapent leur retard. Le couple carte graphique/processeur se retrouve dans le Silverstone SG02 aux températures les plus basses. Pour la carte mère et le disque dur, et bien c’est dans l’A+ Blockbuster Storm, que les températures sont inférieures.

Le boîtier idéal serait donc un mélange de Silverstone SG02 et d’A+ Blockbuster Storm  ?

Cliquez pour agrandir l'image

Voir nos autres tests de boîtiers : 59hardware

Remerciements :

Nanopoint pour le A+ Blockbuster Storm.
SysOne pour l'Apevia X-QPack2.
PCA France pour le MaxInPower M-Cube.
Silverstone pour le SG02.

Signaler une erreur : 59Hardware

Articles relatifs :

Articles > Barebones, minis boîtiers

Test du boîtier Silverstone Sugo SG03 26/11/2007
Aujourd’hui nous allons nous intéresser aux deux nouveaux boitiers d’une société pas très active sur le marché français du moins que l’on puisse dire en termes de boitiers. En effet, ces derniers temp...
Test : Shuttle SG33G5 03/09/2007
Nous allons aujourd’hui nous intéresser rapidement au Shuttle SG33G5. Au menu des nouveautés sur ce Shuttle on trouve principalement un connecteur HDMI intégré. Basé sur le Bearlake de chez Intel, le ...
Comparatif : 6 mini-boîtiers 4/02/2007
Actuellement, le monde des boîtiers pour PC peut être scindé en trois catégories : les tours, les « desktops » et les « Barebones ». Les deux premiers formats sont historiques, ils existent depuis de nombreuses années...
Test : Shuttle SD37P2 3700G 28/11//2006
Aujourd'hui, plutôt que d'enfoncer des portes ouvertes en vous proposant un énieme test des composants les plus puissants du marché, nous vous proposons de passer une semaine avec nous à la découverte d'une machine de rêve...
Test : Shuttle SN95G5 (nForce3 Ultra) 17/01/2006
Petit, beau, compact, c’est ainsi que l’on peut définir le Mini-PC SN95G5 signé Shuttle. Développé d’après le constructeur pour les affamés de puissance, celui-ci embarque une carte mère Shuttle FN95 à base du chipset nVidia nForce3...
Share

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir