Lundi, 17 Février

Dernière mise à jour14/02/2020 12:57:33 PM GMT

Vous êtes ici Accueil

[Test] Call Of Duty II

Envoyer Imprimer
Test réalisé par : DjMonster le 07 novembre 2005
Jeu testé : Call of Duty II


Introduction

Dernier opus d’une série de valeureuse réputation, Call of Duty II est annoncé comme étant l’un des hits de cette fin d’année. La relève est-elle assurée ? A première vue, oui mais la perfection n’est pas de mise dans le monde du jeux vidéo...


Présentation

Editeur : Activision
Développeur : Infinity Ward
Sortie officielle : 4 novembre 2005
Prix de vente : environ 55 euros
Modes de jeux disponibles : Multijoueur (Internet ou LAN) - Solo

Configuration minimale requise :

Carte graphique dotée de 64Mo et supportant DirectX 9.0c
Windows 2000 ou XP
Processeur 1,4GHz
Memoire 256Mo
Espace disque dur 4Go

Configuration de test :

AMD Athlon 64 3400+
Asus K8N4-E Deluxe
1024 Mo DDR PC3200
PNY GeForce 6600GT 128Mo

Débattre ce sujet sur le Forum 59H {mospagebreak}

Test réalisé par : DjMonster le 07 novembre 2005
Jeu testé : Call of Duty II


Premier coup d’œil

Tout débute par une introduction vidéo plutôt alléchante, diffusant les divers univers du jeu et les principales actions. De même pour chaque début de mission, une vidéo du contexte historique vous sera proposée.

L’entraînement :

C’est à Moscou, au mois de Décembre 1941, par un temps de neige et une température de -15°, que vous prendrez place au sein de l’armée rouge sous le nom de Vasili I. Koslov appartenant à la 13e division de fusiliers. L’entraînement consiste à tirer sur des bouteilles, des peluches, puis sur des casques allemands ; ensuite à lancer des pommes de terre en guise de grenade (trop précieuses pour les gaspiller) dans une ruine.


Votre première mission :

Elle succède directement à l’entraînement, on vous appel car une offensive allemande est lancée, vous devez aller chercher un pistolet-mitrailleur, des fumigènes et des grenades. Ensuite vous pénétrez dans la ville semée de quelques embûches. Notons que l’enchaînement de la 1ere mission est vraiment très bien réalisé.


Les campagnes :

Vos missions en URSS se dérouleront principalement à Stalingrad, où vous devrez vous défendre contre un assaut allemand, réparer un fil de liaison radio endommagé, reconquérir la gare, la défendre, reprendre le centre ville aux mains des allemands et enfin, les repousser lors de leur dernier assaut, tout au moins pour la campagne russe. Nous voila donc la campagne en URSS achevée, nos premières impressions sont largement positives, même si certaines idées semblent être assez semblable au premier volet, il est évident que les améliorations graphiques sont présentes, le rôle des fumigènes est lui aussi d’une importance primordiale, quant au gameplay rien n’est vraiment nouveau, il est d’ailleurs difficile d’innover dans ce domaine, mais certains petits détails tel que l’indicateur de grenades, améliore encore le jeu.

Nous nous tournons désormais vers la campagne Anglaise, où nous incarnerons le sergent John Davis de la 7eme division de blindés, notre objectif : repousser l’Afrika Korps commandé par Rommel. Les missions de cette campagne vous baladeront dans le nord-est africain, en Egypte et en Tunisie, dans les paysages hostiles du désert et de ses oasis. On y trouvera la première mission à difficulté : les allemands vous ont tendus une embuscade dans une petite ville labyrinthe, la encore, infranchissable sans fumigènes… C’est aussi dans cette campagne que fut tirer la démo disponible quelques semaines avant la sortie du jeu. Il vous y sera possible de piloter un char durant 2 missions. La campagne anglaise se termine et laisse place à la période de la guerre la plus marquante de l’histoire de notre pays.

La campagne américaine se déroule dans notre beau pays, lors du jour-j : le débarquement allié sur les plages de Normandie. Vous incarnerez le Caporal Bill Taylor de la compagnie D, 2eme bataillon de Rangers. Tout commence par un débarquement sur la pointe du hoc, où vous devez sécuriser des bunkers, puis diverses missions vous seront confiées. Vous visiterez par la suite quelques villages de Normandie. On ressent dans ces missions, l’énorme réalisme de CoD II, on s’y croirait vraiment, c’est très très impressionnant !

Débattre ce sujet sur le Forum 59H {mospagebreak}

Test réalisé par : DjMonster le 07 novembre 2005
Jeu testé : Call of Duty II


Galerie
 

Débattre ce sujet sur le Forum 59H {mospagebreak}

Test réalisé par : DjMonster le 07 novembre 2005
Jeu testé : Call of Duty II


Conclusion

Les musiques : Vraiment bien, le rythme des symphonies est en chœur avec l’action du jeu, les musiques accompagnées aux cries des soldats sont entraînantes, ça vous donne cette soif qui vous mènera à la victoire.

Les graphismes : On constate une nette amélioration comparée au premier de la série, les déplacements des personnages sont plus fluides, les visages sont clairement plus réalistes, les paysages plus précis, détaillés.

Les voix : C’est réellement le top, les personnages s’exclament de joie lorsqu’ils tuent un allemand, expriment leur rage en employant des noms d’oiseaux et sont vraiment indispensables, ils vous signalent où se trouve l’ennemis, en autres. Impossible de jouer sans son, le plaisir serait gâché.

Les nouveautés : Call of Duty II innove vraiment dans l’IA (intelligence artificielle), la façon dont interagie les ennemis face à vos actions est impressionnante. La grosse nouveauté vient du réalisme, jamais un jeu vidéo n'a été aussi absorbant. Suivent les graphismes plus nets, puis tous les petits détails qui font de ce jeu l’un des meilleurs de l’année.

Général : Call of Duty II est très certainement "LE" FPS historique, l’immersion est totale, quand on joue à CoD II on est scotché devant l’écran. Le principal point négatif est la réintégration de missions existantes déjà dans le n°1 : la destruction des avions ennemis, des canons dans les tranchées, notamment, bien qu’il serait difficile d’innover dans ce domaine si l’on veut toujours coller avec la réalité. Pour finir, CoD II retranscrit l’art de la guerre avec une fidélité et un réalisme jamais égalé.

Débattre ce sujet sur le Forum 59H
Signaler une erreur : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Share