in

Ventirad Noctua NH-C14S : Test et Avis

Noctua NH C14S

Nous allons nous attaquer à un dissipateur de chez Noctua ce jour, il s’agit du NH-C14S un ventirad top  flow (le souffle est orienté vers la carte mère), il convient particulièrement aux boitiers étroits avec ses 115 ou 142 mm de hauteur selon l’emplacement du ventilateur. C’est un 140 x 25 mm qui est livré, le radiateur est par conséquent assez grand.

 

specificationsCe NH-C14S est un des 5 dissipateurs de type top flow proposés par Noctua, il succède au NH-C14. Est-ce une vraie succession car cette version S n’embarque qu’un ventilateur alors qu’auparavant il y en avait deux livrés, voila qui modifie la donne.
Il adopte une forme en C, le radiateur est parallèle à la carte mère, les six caloducs de 6 mm  ainsi qu’un tige de renfort centrale le relient à la base.

Il mesure 115 x 163 x 140 mm (H x L x la) pour un poids de 820 g et possède une architecture asymétrique, la base n’est pas centrée par rapport au radiateur.
L’intérêt de cette architecture outre sa hauteur réduite est de libérer les alentours du socket et de les refroidir en même temps, nous pensons bien sur au barrettes mémoire montés à proximité mais aussi aux étages d’alimentations voisins du socket.

Noctua NH C14S

L’asymétrie permet de ne pas condamner le slot PCIe voisin en modifiant le sens du montage, le second ajustage repose sur la position du ventilateur. Il peut être monté au dessus pour une efficacité maximale, ce montage implique une hauteur totale de 142 mm avec une compatibilité accrue au niveau de la hauteur des barrettes mémoire et de leurs refroidisseurs.
Le montage ventilateur sous le radiateur permet de conserver la hauteur de base soit 120 mm depuis la carte mère, par contre la hauteur réservée aux slots mémoire se réduit, ce montage est plutôt réservé aux HTPC ou PC de salon.

Noctua NH C14S 7Noctua NH C14S 7

L’asymétrie permet de ne pas condamner le slot PCIe voisin, en modifiant le sens du montage, le second ajustage repose sur la position du ventilateur. Il peut être monté au dessus pour une efficacité maximale, ce montage implique une hauteur totale de 142 mm avec une compatibilité accrue au niveau de la hauteur des barrettes mémoire et de leurs refroidisseurs.
Le montage ventilateur sous le radiateur permet de conserver la hauteur de base soit 120 mm depuis la carte mère, par contre la hauteur réservée aux slots mémoire se réduit, ce montage est plutôt réservé aux HTPC ou PC de salon.

Le ventilateur livré est référencé NF-A14 PWM, c’est un des best-seller de la marque dans ce diamètre, il est annoncé avec une vitesse de rotation de 1500 tr/min maxi, un débit de 140,2 m3/h et 24,6 dB(A) en nuisances sonores à ce régime, enfin il est compatible PWM.
Il est livré avec un cordon réducteur (LNA) qui abaisse la vitesse de rotation de 300 tr/min.
Le système AAO (Advanced Acoustic Optimisation) est installé, il consiste en une série d’améliorations visant à réduire les nuisances sonores, la plus visible étant la présence de silentblocs en matière souple aux quatre coins du cadre.

Noctua NH C14S

La finition de l’ensemble est de très bonne niveau, c’est un des principes de la marque, le bundle est bien conçu avec une série de petites boites une par type de socket, Intel et AMD et une dernière pour les accessoires.
Attaquons le montage.

Les kits de montage sont donc fournis dans deux petites boîtes séparées, une troisième abrite la pâte thermique NT-H1, un cordon réducteur NA-RC7, un tournevis à lame longue, des agrafes pour le montage d’un éventuel ventilateur supplémentaire et un autocollant Noctua pour la déco.

Noctua NH C14S

Pour Intel, une seule backplate en acier est livrée, elle prend en charge le socket LGA 115X (LGA 1151, LGA 1155, LGA 1156), LGA 2011(LGA 2011-0 et  LGA2011-3). Pour les sockets plus anciens, LGA 775 et 1366, Noctua peut les fournir gracieusement, pour les sockets futurs Noctua s’engage à les fournir également dans la mesure du possible.
Le montage est extrêmement simple car finalement les entraxes du backplate sont fixes, pas de vis à décaler ou à repositionner, c’est très sécurisant.
Des entretoise en plastiques sont à intercaler entre la carte mère et les deux barrettes supports, des vis à main fixent l’ensemble. Il ne reste qu’à poser le dissipateur sur ces mêmes barrettes, les deux vis de fixation sont pré-montées et munies de ressorts, il est ainsi impossible de les perdre et la pression exercée est quasi constante, deux ouvertures sont prévues dans le radiateur pour le passage du tournevis.
Pour le LGA 2011 des entretoises à visser se positionnent directement sur le socket, la procédure suivante est commune au LGA 115X.
Au niveau de l’orientation du NH-C14S, quatre orientations sont possibles car les entraxes de la backplate sont équidistants, il est ainsi possible d’utiliser l’asymétrie du ventirad pour ne pas condamner le slot PCIe voisin et en même temps orienter le flux vers une zone spécifique de la carte mère, la mémoire par exemple.

Noctua NH C14S

Pour les socket AMD, AM3(+), AM2(+), FM1, FM2, la backplate d’origine est requise. Le vissage est à réaliser sur le dessus de la carte mère en intercalant, les barrettes supports et les entretoises. Pour le montage du dissipateur, même chose que Intel.
L’orientation repose sur deux positionnements, mais ici aussi l’asymétrie est utilisable.
Le montage est simple quelque soit le socket, les notices ne sont pas traduites mais les dessins explicites.

Noctua NH C14S 7Noctua NH C14S 7
La position du ventilateur est un point important, tant que faire se peut il faut essayer de positionner le ventilateur sur le dessus, c’est sa situation optimale. Dans ce cas la hauteur de la carte mère au dessous du radiateur et de 75 mm, de quoi loger des barrettes mémoires avec des refroidisseurs conséquents.
Si vous êtes contraint de l’installer sous le radiateur par manque de place, cette hauteur se réduit à 49 mm, dans ce cas il vaut mieux éviter les dissipateurs trop hauts.

Noctua NH C14S

Et avec deux ventilateurs?
Et oui Noctua livre un jeu d’épingles supplémentaire pour en monter un second en push pull, l’un pousse le flux et l’autre le tire. Ce type de montage se traduit par une hausse du débit et bien évidemment une meilleure efficacité.
Noctua recommande d’acquérir un second NF-A14 PWM bien sur car identique à celui de la dotation, les deux ventilateurs peuvent être branchés via un cordon en Y livré avec le ventilateur supplémentaire.
Noctua recommande très fortement l’utilisation du cordon réducteur NA-RC7, car deux ventilateurs en push pull séparés de 50 mm c’est bruyant, très bruyant…

Un controle dans le bios au démarrage et abordons nos tests.

Nous avons opté pour une plateforme totalement fanless, à l’exception  du système de refroidissement du processeur bien sur, c’est un AMD FX 4130 Black Edition à 3,8/ 3,9 GHz (base/ boost) qui sera notre processeur témoin, il affiche un TDP de 125 Watts.

plateforme AMD 1

Pour se rapprocher d’une utilisation réelle, cette plateforme sera montée dans un boîtier au format Lan Box, le Cooler Master HAF XB, il se prête particulièrement bien à ce type d’exercice de part une très grande accessibilité à la carte mère par le dessus, mais aussi ses emplacements de dissipation.

plateforme AMD

Les différents mesures s’effectueront à la fréquence de base du processeur (3800 MHz), nous procéderons à son overclocking maximum stable avec une température n’excédant pas 60 à 65 °C, pour nos mesures de base le processeur sera équipé de son dissipateur d’origine.

Le test comportera trois phases,
– Une période sous Windows que nous qualifierons de repos,
– Nous passerons ensuite au test avec IntelBurnTest, ce bench met le processeur en charge d’une façon très intensive,
– Un retour sous Windows conclura le test.

Nous relèverons la vitesse du ventilateur du dissipateur et la température du processeur sous les deux cadencements (base et OC). La température ambiante sera également relevée, nous en déduirons un delta (température processeur moins température ambiante).

Le graphique représente les deltas des températures (rouge) et la vitesse du ventilateur (bleu) sous les deux phases du test, à côté les synthéses.

Temp-stock-amd-synthese

Enfin nous conclurons par les nuisances sonores, les valeurs maximales seront mesurées sous les deux phases du test, repos et en charge, elles s’effectuerons à 10 cm sur le dessus du boîtier

Glossaire

Caloducs : Un caloduc se présente sous la forme d’une enceinte hermétique qui renferme un fluide en équilibre avec sa phase gazeuse et sa phase liquide, en absence de tout autre gaz. A un bout du caloduc, celui près de l’élément à refroidir, le liquide chauffe et se vaporise en emmagasinant de l’énergie provenant de la chaleur émise par cet élément.

Ce gaz se diffuse alors dans le caloduc jusqu’au niveau d’un dissipateur thermique (ou d’un autre système de refroidissement) où il sera refroidi, jusqu’à ce qu’il se condense pour redevenir à nouveau un liquide, et céder de l’énergie à l’air ambiant sous forme de chaleur… Source Wikipédia.

PWM : Pulse Width Modulation, c’est un concept de commande de ventilateur par un espacement de la durée d’alimentation. Reconnaissable à son connecteur 4 broches au lieu de 3, il se veut plus souple et plus rapide que le réglage par variation de tension.

CFM : Cubic Feet Minute, en le multipliant par 1.7, vous connaîtrez la capacité de déplacement d’air en m3/heure d’un ventilateur.

HDT : Certains ventirads sont équipés de cette technologie, la surface utile en matière de refroidissement n’est constituée quasiment que par la jonction caloduc/processeur. L’aluminium présent sur la base jouant plus un rôle de support des caloducs et de montage.
De plus, dans la plupart des cas, il n’est pas en contact avec la pièce à refroidir et en est éloigné de quelques dixièmes de millimètre.

Pression statique : C’est une des composantes de l’évaluation d’un flux avec le débit (CFM). Il s’agit, pour simplifier, de la force de l’air. Elle est indispensable en refroidissement processeur dans la mesure où le débit doit rester important en sortie de radiateur pour évacuer les calories prélevées.

Pour avoir une pression statique importante, plusieurs éléments entrent en ligne de compte, la géométrie des pales, (surface et courbures notamment), et la vitesse de rotation. Pour les courbures des pales, les ventilateurs “épais” sont nettement plus adaptés. A vitesse équivalente, un 120 x 32 sera forcément plus à l’aise qu’un 120 x 25 ou même un 140×25.

Donc 2 ventilateurs peuvent posséder des caractéristiques en termes de débit identiques mais des pressions statiques très différentes. Une forte pression statique est nécessaire partout où la circulation d’air est difficile : petits orifices de ventilation, obstacles … Le radiateur d’un ventirad est assimilable à un obstacle.

Dans le cadre d’une ventilation boîtier et si ce dernier n’est pas trop encombré, la notion de pression statique est un peu moins importante, le débit et la discrétion sont à mettre en avant. Par contre, pour information, un boîtier vide réduit le débit d’environ 15 %, un boîtier bien rempli de près de 60 %, quand on vous dit de bien ranger vos câbles !

Pâte thermique :Le but principal d’une pâte thermique est d’assurer un contact optimal et d’éviter la présence d’air entre les surfaces d’un composant et de son système de refroidissement (souvent un dissipateur thermique). Ces surfaces possédant de nombreuses micro porosités (trous, bosses), de l’air est présent entre le composant et le dissipateur. L’air étant un mauvais conducteur thermique, le transfert thermique s’effectue ainsi moins bien.
L’application de pâte thermique permet de remplir ces imperfections par une substance dont la conductivité thermique est beaucoup plus élevée que celle de l’air. La surface de contact entre le composant et le dissipateur est ainsi plus importante et donc le transfert thermique va s’effectuer plus efficacement.

Le paramètre le plus important d’une pâte thermique est sa conductivité thermique, exprimée en watt par mètre-kelvin (c’est-à-dire en W/(m×K), à ne pas confondre avec W/mK : watt par millikelvin).
Une pâte thermique à base de silicone a une conductivité thermique comprise entre 0,7 et 0,9 W/(m×K), tandis que celle d’une pâte à base d’argent est comprise entre 2 et 3 W/(m×K), voire plus. À titre de comparaison, à une température de 20°C, la conductivité thermique du cuivre est de 401 W/(m×K), celle de l’argent de 429 W/(m×K), et celle de l’air… 0,0262 W/(m×K, à une pression d’un bar).

Nous avons effectué plusieurs mesures pour définir les capacités de dissipation de ce Noctua NH-C14S, tout d’abord à la fréquence de base de notre processeur et ensuite en situation d’overclocking. Ce ne sera pas pour nous le critère de jugement car ce ventirad ne se destine pas à cet exercice mais une approche de ses capacités maximales.
Le graphique de gauche illustre les relevés pendant les tests, celui de droite nous indique les moyennes des vitesses de rotation du ventilateur. Le dernier représente les moyennes des deltas de la température pendant les tests, elles sont obtenues par soustraction de la température du processeur relevée avec la température ambiante.

Fréquence processeur de base sans réducteur de vitesse, température ambiante à 21°C.
releves basemoyenne vitesse base

moyenne delta base
Nous avons atteint une température de 48,90 °C au plus fort du test et 29 °C au repos sous Windows, c’est un bon résultat compte tenu de la destination de ce ventirad. Sentiment conforté par la vitesse du ventilateur qui n’a jamais excéder les 1100 Tr/min avec 720 tr/min au repos.

Et avec le cordon réducteur ?
releves base reducmoyenne vitesse base reduc

moyenne delta base reduc
La température maximale est de 51,30 °C en cours de test, au repos nous atteignons les 30 °C. C’est un résultat logique avec ce cordon qui réduit la vitesse du ventilateur d’environ 200 tr/min en pointe et de moins de 60 tr/min au repos.

Avec le ventilateur monté sous le radiateur, nous avons mesuré une hausse de 1,5 à 2 °C en charge.

Fréquence processeur à 4500 MHz sans réducteur de vitesse, température ambiante à 23°C.
releves ocmoyenne vitesse oc

moyenne delta oc
Comme précité, ce n’est pas sensé être son point fort mais cela nous indiqueses limites, nous avons atteint les 4500 MHz.
Nous avons relevé 60 °C avec une température au repos de 33 °C, la vitesse du ventilateur au plus fort est de 1250 tr/min, pas si mal finalement…

Les mesures sont effectuées sur le dessus de notre boîtier à 10 cm suivant les deux phases de notre test et les différentes configurations.
db

Au repos il est inaudible quelque soit la configuration, en charge dans l’ensemble il est très discret.
La position 4500 MHz est très légèrement audible avec 41,50 dB(A), sous 12 Volts nous avons mesuré 45 dB(A).

Noctua signe avec ce NH-C14S un dissipateur très équilibré, il se destine aux petits boîtiers et doit donc assurer un bon refroidissement avec un format particulièrement compact. De plus c’est une mission dont il s’acquitte avec une grande discrétion.

Ses performances en dissipation sont excellentes pour sa destination, il montre en outre des capacités d’overclocking bien que ce ne soit pas sa destination principale.

Noctua NH C14S

Le bundle est complet, soigné et bien composé même si nous aurions souhaité une notice de montage en français. Le montage est simple, rapide, la backplate est en acier, plus sécurisant que du plastique. Nous apprécions la mise à disposition des kits de montage pour les futurs sockets et la possibilité de pouvoir se procurer les anciens.

Reste le niveau de prix, il est de 84 euros environ, en fonction de sa prestation il nous parait adapté et justifié.

recommande parLabel Gaming 59 hardware

<img class=”91621″
  •   Refroidissement,
  •   Discrétion,
  •   Compacité,
  •   Qualité du bundle,
  •   Garantie de 6 ans et suivi du produit.
  • Pas de notice en français.
Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0