in

Ventirad Noctua NH-U12S : Test et Avis

noctua

Après un premier test, celui du NH-D15, qui aura rendu la presse spécialisée, papier comme web, unanimement dithyrambique, Noctua, par le biais de son service de presse (merci Jakob), nous a fait parvenir l’échantillon sur lequel porte notre test du jour, le NH-U12S (en même temps qu’un échantillon du NH-U14S, dont le test arrivera bientôt, pour la petite histoire).

Ventirad qui symbolise le ticket d’entrée du haut-de-gamme d’un fabricant reconnu mondialement, souvent copié mais rarement égalé, Noctua, le NH-U12S reste à n’en point douter aux couleurs de la marque (marron clair, marron foncé), cf. le ventilateur NF-F12 PWM fourni.

Alors évidemment, si cela peut apparaître aux yeux de certains une combinaison de couleurs pour le moins malheureuse, il serait évidemment tout aussi malheureux de passer à côté des ventirads Noctua pour cette simple raison, ce serait en effet passer outre une réputation très flatteuse et non usurpée.

C’est là que nous intervenons, dans la mesure où nous essaierons de déterminer si le NH-U12S est à la hauteur de la filiation que son fabricant lui fait revendiquer, notamment en relevant les températures en fonctionnement, les nuisances sonores produites au repos et en charge, ainsi qu’en passant en revue la facilité avec laquelle (ou pas) ce dernier peut s’intégrer dans une configuration de test, à l’intérieur d’un boîtier donné, aujourd’hui le Corsair 780T.

Et cela commence dès la page suivante.

Plateforme de test :

– Processeur : Processeur AMD Phenom II x 4 965 3.4 GHz
– Carte mère : Carte-mère MSI 890GXM-G65 micro ATX
– Carte graphique : MSI HD 7790
– Mémoire : 1 x 8 Go Kingston HyperX Blu DDR3 1333 MHz
– SSD : Intel 510 Series 120 Go
– Alimentation : BeQuiet! Straight Power 680 Watts
– Boîtier : Corsair 780T

Logiciels utilisés

– Système d’exploitation : Windows 7 64 Bits
– OCCT 4.4.0

Les tests seront pratiqués la plate-forme montée dans un boîtier, aujourd'hui le Corsair 780T.

Les relevés seront effectués deux fois pour éviter un disfonctionnement éventuel, une moyenne sera effectuée entre les quatre cœurs de notre processeur.

Le protocole du test de refroidissement :

Nous allons utiliser le logiciel OCCT et laisser reposer la configuration pendant 30 min pour relever la température au repos, la valeur la plus élevée sera retenue et nous ferons une moyenne des quatre cœurs en une donnée.

Nous lancerons un test d'une heure puis observerons un temps de repos de 30 min entre chaque test. Nous réaliserons nos tests à différentes tensions afin de voir l'impact réel sur la température, pour cela nous avons retenu les tensions suivantes de 7.5, 9 et 12 Volts. Si toutefois, pendant un test la température du processeur se trouve au-dessus de 75°C, nous considérerons le test comme un échec car nous avons réglé de bios de telle manière que le pc redémarre lorsque cette température est atteinte.

Nous avons utilisé de la pâte thermique Arctic Cooling MX4 au lieu de celle fournie par Noctua.

Mesures sonores

Le sonomètre sera situé à 15 cm du ventirad pour que le souffle ne perturbe pas les mesures. Un second relevé sera effectué à 1 mètre. Les deux prises s’effectuent panneau gauche enlevé, car le rôle du boîtier au niveau de l’affaiblissement acoustique est énorme, difficile donc de généraliser.

Il est évident que tester dans un boîtier performant, les résultats seront nécessairement meilleurs et en tout état de cause, très différents de ceux qui sont obtenus avec un boîtier milieu de gamme.

Nous allons tester la tension de démarrage du ventilateur et relever son niveau sonore à 7.5, 9 et 12 volts.

 Le test du montage

Nous démarrons par l'examen des notices, application de la pâte thermique, identification des différents éléments correspondant à notre processeur et carte mère. Nous accordons une importance à l'accessibilité de la mémoire et du connecteur 4 broches pour le processeur. Pour un non-initié, la tâche peut se présenter comme étant très ardue, celle-ci incluant bien souvent le démontage du support existant, donc de la carte mère.

Glossaire

Caloducs : Un caloduc se présente sous la forme d’une enceinte hermétique qui renferme un fluide en équilibre avec sa phase gazeuse et sa phase liquide, en absence de tout autre gaz. A un bout du caloduc, celui près de l'élément à refroidir, le liquide chauffe et se vaporise en emmagasinant de l'énergie provenant de la chaleur émise par cet élément.

Ce gaz se diffuse alors dans le caloduc jusqu'au niveau d'un dissipateur thermique (ou d'un autre système de refroidissement) où il sera refroidi, jusqu'à ce qu'il se condense pour redevenir à nouveau un liquide, et céder de l'énergie à l'air ambiant sous forme de chaleur… Source Wikipédia.
 

PWM : Pulse Width Modulation, c'est un concept de commande de ventilateur par un espacement de la durée d'alimentation. Reconnaissable à son connecteur 4 broches au lieu de 3, il se veut plus souple et plus rapide que le réglage par variation de tensions.
 

CFM : Cubic Feet Minute, en le multipliant par 1.7, vous connaîtrez la capacité de déplacement d’air en m3/heure d'un ventilateur.
 

HDT : Certains ventirads sont équipés de cette technologie, la surface utile en matière de refroidissement n'est constituée quasiment que par la jonction caloduc/processeur. L'aluminium présent sur la base jouant plus un rôle de support des caloducs et de montage.

De plus, dans la plupart des cas, il n’est pas en contact avec la pièce à refroidir et en est éloigné de quelques dixièmes de millimètre.
 

Pression statique : C’est une des composantes de l’évaluation d’un flux avec le débit (CFM). Il s’agit, pour simplifier, de la force de l’air. Elle est indispensable en refroidissement processeur dans la mesure où le débit doit rester important en sortie de radiateur pour évacuer les calories prélevées.

Pour avoir une pression statique importante, plusieurs éléments entrent en ligne de compte, la géométrie des pales, (surface et courbures notamment), et la vitesse de rotation. Pour les courbures des pales, les ventilateurs « épais » sont nettement plus adaptés. A vitesse équivalente, un 120×32 sera forcément plus à l’aise qu’un 120×25 ou même un 140×25.

Donc 2 ventilateurs peuvent posséder des caractéristiques en termes de débit identiques mais des pressions statiques très différentes. Une forte pression statique est nécessaire partout où la circulation d’air est difficile : petits orifices de ventilation, obstacles … Le radiateur d’un ventirad est assimilable à un obstacle.

Dans le cadre d’une ventilation boîtier et si ce dernier n'est pas trop encombré, la notion de pression statique est un peu moins importante, le débit et la discrétion sont à mettre en avant. Par contre, pour information, un boîtier vide réduit le débit d’environ 15%, un boîtier bien rempli de près de 60%, quand on vous dit de bien ranger vos câbles !

Pâte thermique :Le but principal d'une pâte thermique est d'assurer un contact optimal et d'éviter la présence d'air entre les surfaces d'un composant et de son système de refroidissement (souvent un dissipateur thermique). Ces surfaces possédant de nombreuses micro porosités (trous, bosses), de l'air est présent entre le composant et le dissipateur. L'air étant un mauvais conducteur thermique, le transfert thermique s'effectue ainsi moins bien.


L'application de pâte thermique permet de remplir ces imperfections par une substance dont la conductivité thermique est beaucoup plus élevée que celle de l'air. La surface de contact entre le composant et le dissipateur est ainsi plus importante et donc le transfert thermique va s'effectuer plus efficacement.

La pâte thermique sert également parfois à maintenir le dissipateur sur le composant, certaines pâtes étant très collantes. C'est par exemple le cas de certains dissipateurs destinés à refroidir les circuits intégrés mémoires des cartes graphiques, où seule la pâte thermique (qui prend parfois la forme d'un morceau de Scotch double-face) les fait tenir en place.

Le paramètre le plus important d'une pâte thermique est sa conductivité thermique, exprimée en watt par mètre-kelvin (c'est-à-dire en W/(m×K), à ne pas confondre avec W/mK : watt par millikelvin). Une pâte thermique à base de silicone a une conductivité thermique comprise entre 0,7 et 0,9 W/(m×K), tandis que celle d'une pâte à base d'argent est comprise entre 2 et 3 W/(m×K), voire plus. À titre de comparaison, à une température de 20°C, la conductivité thermique du cuivre est de 401 W/(m×K), celle de l'argent de 429 W/(m×K), et celle de l'air de 0,0262 W/(m×K, à une pression d'un bar).


noctua

Le NH-U12S se présente sous la forme d’un ventirad tour : c’est-à-dire que le radiateur se tient verticalement et le ventilateur se trouve placé verticalement par rapport à celui-ci. Rien que de très commun me direz-vous. Et vous auriez raison.

Seulement, on a affaire à Noctua, spécialiste autrichien du refroidissement et accessoirement l’un des tous meilleurs, au moins en ce qui concerne le grand public, un peu l’équivalent de Seasonic pour les alimentations, pour poser le décor.

La qualité Noctua a certes un prix, mais vaut chaque sou dépensé. C’est l’impression qui ressort de la première manipulation de l’objet, notamment au travers de la qualité de fabrication et de finition. Ainsi qu’au travers des couleurs du ventilateur fait-maison NF-F12 PWM, une alliance de marron clair et de marron foncé, pour un résultat pour le moins … discutable.

noctua

Ventilateur qui mesure 120 x 120 x 25 millimètres et que son fabricant décrit comme capable de de fonctionner au maximum à 1500 RPM, à 1200 RPM grâce à l’adaptateur LNA fourni et à seulement 300 RPM grâce aux éventuelles possibilités PWM de votre carte-mère, de déplacer jusqu’à 93.4 m3/heure (74.3 avec LNA) et comme ne produisant que 22.4 dB(A) au faîte de sa vélocité (18.6 dB(A) avec son adaptateur LNA).

Car opter pour un ventirad Noctua ne signifie pas uniquement mettre la main sur ventirad bien fini et à l’excellente qualité de fabrication, l’adaptateur LNA, qui signifie d’ailleurs Low Noise Adaptator, est l’un de nombreux accessoires qui accompagnent le NH-U12S, parmi lesquels on retrouve également un tournevis, de la pâte thermique NT-H1 et tout le nécessaire, incluant en sus quatre silentblocs en caoutchouc, pour monter un second NF-F12 PWM, sans oublier le système de fixation SecuFirm2, qui s’applique tout aussi bien aux CPU AMD qu’à ceux d’Intel.

noctua

Passons maintenant au radiateur à proprement parler. Il mesure 158 mm en hauteur, 125 mm de largeur et seulement 45 mm en profondeur sans ventilateur (+ 25 mm si un ventilateur et 50 mm si deux) et ne pèse que 580 grammes (755 grammes surmonté d’un ventilateur NF-F12 et donc  0.93 kg avec deux).

Il se compose de 50 ailettes d’aluminium (on a compté) et comporte cinq caloducs de 6 mm de diamètre qui le traversent intégralement pour former une zone de contact indirect avec le CPU, tout ce beau monde étant constitué de cuivre recouvert de nickel.

noctua

Le NH-U12S se veut compatible avec une longue liste de sockets : AMD AM2, AM2+, AM3, AM3+, FM1 et FM2, ainsi qu’avec les sockets Intel LGA 1156, 1155, 1150, 1366 et 2011 et Noctua insiste à la fois sur le fait qu’il ne devrait pas couvrir les emplacements mémoire du fait de sa faible profondeur et aussi sur le fait qu’il est garanti six ans.

Prix : on trouve dans les faits le NH-U12S à partir de 60 euros environ hors FDP éventuels.

Maintenant que nous en sommes à la partie montage, attardons nous quelque peu sur le système de fixation SecuFirm2, qui équipe également le NH-D15, Top of the Pop de chez Noctua que nous avions testé il y a quelque temps, lui-même rigoureusement identique à celui du NH-U14S, au passage, qui s’avère parfaitement compatible à la fois avec les CPU AMD et les CPU Intel. Mais on s’égare.

noctua

On décidera de la plaque de rétention à utiliser en fonction de la marque du processeur que vous possédez, en l’occurrence la plaque fournie pour un CPU Intel ou la plaque standard pour un CPU AMD.

Notre processeur de test étant un AMD Phenom II x4 965, nous avons donc démonté la plaque de rétention standard AMD pour n’en conserver que la partie inférieure que nous avons ensuite disposée sous la carte-mère,

noctua

Pour placer après quoi dans un premier temps les quatre butées de plastique blanc,

noctua

Avant de poser délicatement les deux barres métalliques qui formeront le support pour le radiateur sur les dites blanches butées,

Et d’assembler le tout définitivement par le biais de quatre (longues) vis.

noctua

Le support étant maintenant prêt, nous pouvons maintenant positionner le radiateur indifféremment (à la différence des BeQuiet! SRS ou DR3 par exemple) ventilateur dans le sens du flux d’air interne ou ventilateur orienté vers la carte graphique.

Puis, après avoir ôté le ventilateur qui est pourtant attaché au radiateur par des attaches métalliques (système dont on ne redira tout le mal qu’on pense mais qui sait parfois être convaincant, comme dans le cas présent, une fois n’est pas coutume) dès la sortie de la boîte et s’être muni d’un tournevis en même temps long, fin et cruciforme (Noctua en fournit un qui ressemble vaguement à une clé à pipe), on commencera l’opération de fixation du radiateur sur son support.

noctuanoctua

C’est à ce moment qu’intervient le petit orifice central au milieu du radiateur, des fois que vous vous posiez la question.

Une fois ceci fait, ainsi que remis le ventilateur, le NH-U12S est prêt à montrer de qui il est capable et inutile de dire qu’il est plus qu’attendu au tournant.

noctua

On rappelle avant de passer à la suite que le NH-U12S mesure 158 mm en hauteur et on en profite au passage pour faire remarquer que oui, le pari du faible encombrement, auquel nous faisions allusion plus tôt,  est gagné.

Comme vous vous en doutez sûrement, on ne gagne pas une réputation comme celle de Noctua grâce à la seule chance. Ce n’est pas non plus en proposant un produit excellent / révolutionnaire / incontournable et en se reposant sur ses lauriers par la suite, cela suppose une constance dans la durée.

Cela rejoint d’ailleurs ce que nous faisions remarquer lors du test du NH-D15, avec les quelques 350 et quelques distinctions reçues par le NH-D14 (quasiment une par jour, samedis, dimanches et fêtes etc. etc. …) et un successeur bien parti pour être à la hauteur de sa filiation.

Bref, tout cela pour dire que le NH-U12S est (très) attendu au tournant et, benchmarking aidant, nous avons testé ce dernier au même titre que tous les autres ventirads avant lui. Et voici ce qui en ressort.

noctua

Les résultats sont tout simplement excellents, certes ils ont tendance à se tasser entre 9 et 12 Volts, à la limite du trop bon pour son propre bien d’ailleurs, si vous voulez notre opinion. A notre avis, il semble que le maximum de refroidissement du NH-U12S (monté à l’intérieur du Corsair 780T, dans le cas de notre plate-forme de test) était tout proche d’être atteint à 9 Volts et que le petit rien qui manquait a été largement compensé par la montée en puissance des ventilateurs entre 9 et 12 Volts.

Montée en puissance du ventilateur qui est illustrée ci-dessous par les relevés de son effectués à 15 et 100 cm de distance à 7.5, 9 et 12 Volts.

noctuanoctua

Relevés qui nous permettent d’affirmer que le NH-U12S est un ventirad au moins assez silencieux, même à vitesse maximale.

En un mot, ou plutôt en trois, une réussite totale.

noctuaA la question que nous avons posée dans des termes plus ou moins déguisés «  Le NH-U12S est-il à la hauteur de la réputation (excellente) de son fabricant ? », la réponse est oui, oui et trois fois oui.

Le Noctua NH-U12S s’est avéré facile à monter, tout comme son aîné le NH-D15 d’ailleurs, des plus silencieux à bas régime et dont les performances sont parmi les toutes meilleures que nous ayons pu relever jusqu’à maintenant, peut-être un peu trop bonnes d’ailleurs, comme nous disions plus haut.

Par ceci, nous entendons que le NH-U12S est tellement bon qu’il rend caducs, par son rapport performances/prix stratosphérique, bon nombre de ventirads très hauts-de gamme (plus onéreux) et ceci également au sein-même de la gamme Noctua.

Plus précisément, si par exemple on réduisait à un pourcentage les performances du NH-U12S (100 %) et si on comparait ce pourcentage à celui obtenu par le NH-D15 (ou bon nombre d’autres, on le rappelle), il paraît peu probable que le rapport soit du même ordre que celui des prix de vente respectifs des deux dissipateurs, à savoir 100/150 %, dans le cas précis de notre plate-forme de test tout du moins.

Alors, il va sans dire que nous vous recommandons ce NH-U12S la bouche en cœur et les yeux humides à cause de l’émotion et couvrons de laurier ce qui est devenu notre nouvelle référence refroidissement CPU grand public.

noctua

Les + alt

flecheRapport performances/prix inégalé,
fleche Montage facile,
fleche Plutôt silencieux,

 fleche Ben, on cherche encore … Les couleurs du ventilateur peut-être, pour le moins sujettes à controverse … Mais bon, fallait pas acheter un boîtier à fenêtre en plexiglas latérale aussi dans ce cas-là …
Commentaires
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0